Il est désormais possible de prévoir l’avenir, grâce au Big Data et à Kira Radinsky

Kira Radinsky est une jeune femme de 27 ans à la tête d’une start-up florissante. A tel point que son entreprise, SalesPredict, a été sélectionné par le MIT Tech Review dans son célèbre palmarès des 35 jeunes les plus innovants du monde. Son invention, elle la détient du Big Data, en ayant programmé un logiciel qui permet de prédire l’avenir.

Kira Radinsky, retenez bien ce nom. Tout comme ses ainés Mark Zuckerberg ou Larry Page, l’entrepreneur de 27 ans est dans la liste des 35 jeunes les plus innovants au monde, liste dressée chaque année par le magazine MIT Tech Review. MIT, comme la prestigieuse université Massachussets Of Technology de Boston, le must en matière de recherche scientifique.  Los d’une conférence TED, la jeune femme expliquait comme elle avait eu l’idée de développer un tel algorithme. Cet algorithme a été basé sur des faits qui se sont déroulés dans le passé. On recense les faits, des phénomènes sociaux ou statistiques, voir des épidémies et des crises, pour ensuite analyser si des éléments déclencheurs ou un modèle, et une combinaison de facteurs se reproduisent à chaque fois. Un article du Harvard Business Review rédigée par la jeune ceinture noire de Karaté explique l’intérêt d’avoir un algorithme solide lorsque vous faites du big data. Une phrase « You need an Algorithm, not a data scientist » est même le fer de lance de la jeune femme. 

 

La jeune chercheuse à l’Institut de Recherche Israélien Technion expliquait récemment dans le magazine « Les Echos » « Même si, dans le futur, chaque événement survient dans des circonstances particulières, il obéit tout de même à un modèle déjà observé dans le passé ». Ainsi, une guerre peut arriver à la suite d’une crise que rencontre une nation, par exemple. Pour ce faire, Eric Horvitz, codirecteur de la recherche chez Microsoft,  a demandé à Kira Radinsky et de recenser tous les articles du « New-York Times ». Après la création de la base de données gigantesque de Sales Predict, la jeune israélienne a pu commencer à exercer.

Comme l’affirment « Les Echos », leur technique s’apparente à du Link Data, c’est à dire le fait croiser des milliards d’informations afin d’en soutirer les points communs. Ces connexions entre ces données sont traitées par plusieurs dizaines d’ordinateurs et des serveurs par la start-up Sales Predict. Une fois les corrélations établies entre les éléments, il faut établir des calculs mathématiques afin de prédire si d’autres évènements de ce type peuvent se reproduire.

"You need a good Algorithm, not a data scientist". Kira Radinsky, Sales Predict CEO
« You need a good Algorithm, not a data scientist ». Kira Radinsky, Sales Predict CEO

 

Une fois ces calculs de faisabilité établis, il est tout à fait possible de déterminer la faisabilité d’un fait similaire. La jeune femme explique ainsi durant le Web Search and Data Mining qu’elle a pu déterminer que, par exemple, une zone enclavée avait davantage de risques d’être contaminée par une épidémie de choléra après des tempêtes et une période de sécheresse. Lorsque le logiciel s’est intéressé à la dernière épidémie de choléra en Ouganda, le logiciel a pu retenir que ces deux mots clés ont été associés à l’épidémie de Cuba, mais aussi en Asie.

L’interview de Kira Radinsky sur le Big Data par Arte

Ce lundi, à Paris, à la Maison de la Chimie, on a pu croiser Kiera Radinsky, surnommée l’oracle du web, lors du forum Mondial sur le Big Data. C’est même elle qui a assuré la première partie d’une conférence sur le Big Data, le pétrole et les énergies de demain, les investisseurs étant de plus en plus intéressés par le Big Data. Elle explique que son logiciel est capable de tout prévoir, en plaisantant elle ajoute même devant les caméras de Canal+, qu’elle serait « capable de prévoir ses concurrents ». Interviewée par La Nouvelle Edition, elle explique que l’algorithme qu’elle a crée est capable de prévoir 90% des risques épidémiques, sur 30% d’entre elles (les plus importantes). Un travail colossal, qui ne pourrait pas être accompli par un cerveau humain, compte tenue de la quantité d’informations croisées par les logiciels de Sales Predict.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !