Prises d’otages à Dammartin et Vincennes : récit d’une journée noire

Les prises d’otages survenues à Dammartin et à Vincennes ce vendredi 9 janvier sont désormais terminées. Les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo, ont été tués pendant l’assaut du GIGN. Le preneur d’otages de la porte de Vincennes et tireur de Montrouge, Amedy Coulibaly, a également été abattu. Voici le récit d’une journée noire comme la France n’en n’a jamais connu.

Alors que la traque des frères Kouachi se poursuit ce vendredi matin, ils sont signalés par une automobiliste à qui ils volent le véhicule. C’est dans la commune de Dammartin-en-Goële qu’ils finissent par trouver refuge dans une entreprise située au fond de la Picardie, à 80km au nord-est de Paris et à une demi-heure de l’endroit où se concentraient les recherches depuis jeudi. Ils avaient auparavant été reconnus par le gérant d’une station-essence qu’ils avaient agressé.

Chérif et Said Kouachi, principaux suspects de l'attentat de Charlie Hebdo. @BFM TV
Chérif et Said Kouachi.

Journée de siège à Dammartin-en-Goële

La petite commune paisible de 8.000 habitants n’est pas prête d’oublier ce qu’il s’est passé ce vendredi. Tout comme tous les français profondément choqués qui ont suivi les événements sur les réseaux sociaux. Des réseaux sociaux où ont été relayées autant de fausses informations que d’autres très précieuses pour les terroristes. A tel point que le CSA est intervenu pour demander aux médias de ne pas communiquer d’éléments non confirmés par des sources officielles et d’arrêter de divulguer les positions des forces spéciales.

A proximité du lieu de retranchement des terroristes, des écoles avec de nombreux enfants. Mais aussi des entreprises. C’est la panique. La priorité est de les évacuer. Les terroristes sont armés et capables de tout. Alors que les évacuations démarrent dans le calme en début d’après-midi, on apprend qu’une fusillade éclate dans un magasin casher, porte de Vincennes, dans l’est de Paris.

La prise d’otages d’Amedy Coulibaly porte de Vincennes à Paris

Horreur à Paris lorsqu’une nouvelle fusillade éclate porte de Vincennes. Un homme vient de prendre des otages dans un hyper casher. Cet homme, on apprend rapidement qu’il s’agit du tueur de Montrouge qui a assassiné une policière jeudi matin. Son nom : Amedy Coulibaly. Agé de 32 ans il a un lourd passé criminel et est lié à l’un des deux frères Kouachi. Plus aucun doute concernant le lien entre les attaques. La police diffuse un appel à témoin avec sa photo et celle de sa compagne, Hayat Boumeddiene.

coulibaly-montrouge

Très vite il est cerné à son tour, il réclame à la police de laisser partir les frères Kouachi, sous peine d’exécuter des otages.  Les boutiques fermes. Le périph est bloqué. La panique s’installe. Des métros sont fermés. La place du Trocadéro est évacuée. Un homme serait armé. Fausse alerte…

Du côté de Dammartin-en-Goële les évacuations se font sans problème. Les parents ont reçu l’ordre de ne pas venir chercher les enfants. Une longue partie de l’après-midi sera consacrée à les mettre en lieu sûr. Certains sont très jeunes, en maternelle ou en école primaire. Ils sont transportés dans un gymnase où est mise en place une cellule psychologique. Les parents peuvent enfin venir retrouver leurs chérubins, tous sains et saufs.

Le dénouement

Il est 17 heures lorsque l’assaut est lancé à Dammartin. Des tirs en rafales et de nombreuses détonations sont entendues. De la fumée s’échappe du bâtiment. Et ça recommence. Des rafales dans tous les sens. La France n’aura jamais entendu autant de tirs d’armes à feu en plein direct.

La vidéo de l’assaut

L’assaut est lancé simultanément à Vincennes. De nouvelles explosions. De nombreux coups de feu sont tirés. On apprendra plus tard que Amedy Coulibaly a mal raccroché le téléphone de la boutique après un appel avec le négociateur. Une chance qui permet aux équipes d’entendre tout ce qu’il fait dans la boutique. Il se met à prier. C’est le moment où jamais. Go.

De retour à Dammartin on apprend que les frères Kouachi ont été abattus. Fin du siège. Un membre du GIGN a été blessé dans l’opération. Ses jours ne sont pas en danger. Tout cela n’aurait pas pu être possible sans un employé qui est resté caché dans un carton toute la journée sans que les terroristes ne se rendent compte de sa présence. Il a pu communiquer des informations au GIGN, leur permettant d’intervenir dans de meilleures conditions. Il est sain et sauf.

A Vincennes l’assaut se termine à son tour. Des otages sont libérés et pris en charge par les secours. Amedy Coulibaly est abattu pendant l’assaut. Le bilan est plus lourd. Cinq morts dont Amedy Coulibaly et un possible complice. Au moins trois otages auraient été tués dès le début de la prise d’otages. Quatre personnes sont gravement blessées, « en urgence absolue ». Deux policiers ont été blessés dans l’assaut. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

Toute cette horreur aura causé la mort de douze personnes lors de l’attaque à Charlie Hebdo, celle d’une policière et d’au moins trois autres à Vincennes. Seize au total et de nombreux blessés. Un bilan encore provisoire.

Merci à toutes les équipes mobilisées pendant ces trois longues journées.

#JeSuisCharlie

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !