Prostitution dans les collèges, des chiffres effrayants

En France, le proxénétisme est un délit pouvant couter jusqu’à 3 millions d’euros d’amende et 20 ans de prison. Malgré cela, et parfois de leur propre gré, des jeunes adolescentes vendent leur corps dans les toilettes de leur collège.

La BPM (Brigade de protection des mineurs) ressence 20 à 60 cas de prostitution chez les mineurs et par an. Selon les associations de protection des mineurs, il y aurait entre 6 000 et 8 000 cas de prostitutions chez les mineurs Français. Une bonne partie de ces chiffres proviendrait des rapports sexuels dans les toilettes des collèges.

« En quatrième, j’ai pratiqué des actes sexuels avec un garçon de ma classe dans les toilettes du collège pour 15 euros. Pour moi, ce n’était pas très grave, d’autres copines l’avaient déjà fait. Aujourd’hui, j’ai tellement honte… »

 

Le Figaro à recensé quelques-uns de ces faits, prenant parfois place dans des lycées des beaux quartiers de Paris. « En quatrième, j’ai pratiqué des actes sexuels avec un garçon de ma classe dans les toilettes du collège pour 15 euros. Pour moi, ce n’était pas très grave, d’autres copines l’avaient déjà fait. Aujourd’hui, j’ai tellement honte… » Julie, 14 ans.

« L’année dernière, j’ai fait une fellation et pratiqué la sodomie avec deux garçons pour avoir un téléphone. J’avais 13 ans. »

Ces jeunes adolescentes finissent par craquer et raconter la vérité à leurs parents. Les pédopsychiatres se sont penchés sur le sujet, et assurent que le phénomène s’étend. Ces cas de prostitution ont comme source la manipulation par l’argent de certains garçons.

« Cela fait des années que nous alertons les services publics, et très peu de choses sont faites. Pourtant, il s’agit d’un sujet de société aussi important que la drogue dans les années 1990. » a annoncé Armelle Le Bigot-Macaux , la présidente de l’association Agir contre la prostitution des enfants (ACPE)

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !