Qui est le controversé Joep van Lieshout ?

La FIAC ne débute que cette semaine, mais l’atelier van Lieshout fait déjà parler de lui. Une oeuvre de 30 tonnes, qui comme sa démesure, fait couler beaucoup d’encre, nous rappelant une certaine oeuvre en forme de  »plug ». 

Joep van Lieshout, fondateur de l’atelier éponyme, avant-gardiste et aux oeuvres novatrices mélangent à la fois connotations sexuelles et références animales, rapportant l’homme à ses plus bas instincts primitifs allant de la notion de bien et de mal. Une toute autre dimension retranscrite dans ces oeuvres nous renvoie à plusieurs reprises aux conflits religieux et industriels de notre décennie.

TIME IS MONEY

Joep van Lieshout parcourt les mondes de la conception facile à nettoyer et du domaine non fonctionnel de l’art. Son travail offre des solutions pratiques aux problèmes quotidiens: ses «salles de crâne» et ses campeurs, ses meubles et ses objets pratiques, ses sextoys et ses armes sont à l’interface entre le haut et le bas art. En même temps, ils sont l’objet d’obsession personnelle, de bâtiments et d’instruments, qui sont la matérialisation de voeux secrets.

crédit photo atelier Joep van Lieshout

Initialement programmé pendant la FIAC de Paris 2017, l’oeuvre phénoménale de l’artiste présentée en Allemagne devait l’être durant le grand rassemblement d’art qui se tiendra à partir de ce 19 octobre 2017 aux Tuileries. C’est avec stupeur que le directeur du Louvre annula l’emplacement du jardin des Tuileries, par peur sans doute d’une énième polémique à l’instar de l’oeuvre de l’artiste Paul MacCarthy en forme de plug anal.

Le Domestikator, monumental bâtiment de 30 tonnes, représentant deux personnes en plein accouplement sera donc présenté et accueilli par le centre Pompidou. Une victoire pour l’art et la mairie de Paris qui se mobilisa rapidement pour que l’oeuvre trouve refuge à l’occasion de la FIAC de Paris.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !