Charles le Vert, Le Prince des écolos

Par Jacques Tiberi

 

Longtemps raillé pour ses « lubies » bio, le Prince Charles est aujourd’hui considéré comme un précurseur en matière de développement durable et un acteur majeur de la protection de l’environnement.

Le prochain roi d’Angleterre sera écologiste. Contrairement aux rumeurs, le Prince Charles n’aurait aucunement l’intention d’abdiquer en faveur de William. Le Prince de Galles compte bien gouverner et s’attelle, depuis trois ans déjà, à cette lourde charge, prenant de plus en plus régulièrement l’intérim de sa mère, Élisabeth. D’ailleurs, la presse anglaise le considère déjà comme le souverain en titre : il rencontre le Premier ministre en tête à tête, reçoit des hommes d’État étrangers dans son Palais officiel de Clarence House et dispose de sa propre « boîte rouge », dont le contenu est normalement exclusivement destiné à la Reine.

Le prochain roi d’Angleterre sera écologiste

Et, une fois sur le trône, cet écologiste convaincu compte bien poursuivre son œuvre de défense de l’environnement. « Je suis déterminé à défendre la nature aussi longtemps que je vivrai » a-t-il récemment déclaré lors d’un entretien exclusif avec Yann Arthus-Bertrand.

Celui que les tabloïds raillaient dans les années 1980 pour avoir avoué converser avec ses plants de tomate, est aujourd’hui reconnu comme un pionnier de l’agriculture bio et un acteur majeur des luttes contre les OGM et la déforestation des zones tropicales à travers le « Prince’s Rainforests Project ».

L’action du Prince Charles pour l’environnement est, en effet, loin de se borner à recycler l’eau de son bain pour arroser son potager. Depuis vingt ans, sur l’exemple de son père, Philip d’Edimbourg, il s’investit dans la WWF, ainsi que les Amis de la terre, jusqu’à créer sa propre « Prince’s Foundation for Environment ».

Charles est surtout un « pratiquant » de l’écologie

Mais Charles n’est pas seulement un fundraiser de poids pour quelques charities. Il est surtout un « pratiquant » de l’écologie. Ainsi, entre 1986 et 1992, ses expérimentations sur les terres de Cornouailles ont permis à l’agriculture bio de faire de nombreuses avancées. Ses travaux sont désormais financés par les revenus de sa marque de produits locaux, « Duchy Originals » qu’on sert sur le plus grandes tables britanniques.

Le Prince Charles a préservé de nombreuses espèces locales en voie de disparition

 

Ainsi, avec le temps, son domaine de Highgrove s’est hissé parmi les exploitations agricoles biologiques du royaume les plus médiatisées. Charles n’est désormais plus moqué comme un « riche qui joue au paysan », mais admiré pour avoir sauvegardé de nombreuses espèces locales en voie de disparition, comme les brebis des Hébrides ou les vaches Shetland.

Le Prince Charles veut créer un « PNB vert »

Avouant avoir développé un « rapport privilégié à la nature » depuis l’enfance, le Prince Charles a fait de l’écologie son mode de vie. On pourrait même parler de « philosophie de vie », lorsqu’on l’entend prôner un retour aux « sociétés autosuffisantes et holistiques » à « l’harmonie avec la nature » et militer pour la création d’un « PNB vert », Produit National Brut Vert.

Preuve de son engagement total et discret : le Prince Charles recevait le mois dernier le Ministre français de l’agriculture au sujet de « l’initiative 4 pour 1000». Stéphane Le Foll a présenté son programme visant à augmenter de 0,4% par an le stock de carbone dans le sol afin, pour compenser les émissions de carbone dans l’atmosphère. Ravi de l’intérêt du prince Charles pour ce projet, le ministre et porte-parole du Gouvernement a souligné : « médiatiquement, c’est très important de l’avoir avec nous ».

Qu’en pensez-vous ?

 

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !