La planète s’apprête à vivre une nouvelle extinction de masse des animaux

Et tout le monde s’en fout….

Dans l’indifférence la plus totale, des chercheurs ont révélé que la Terre allait connaitre la sixième extinction de masse des animaux de son histoire.

Le chercheur Franck Courchamp, un chercheur français en écologie, directeur de recherche au CNRS, a livré un constat alarmant suite à une étude publiée lundi 10 juillet dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) par des chercheurs américains et mexicains. Dans les colonnes de 20 Minutes, il a expliqué ce mardi que le déclin de la biodiversité s’est accéléré, parlant de « défaunation ». La dernière extinction de masse a concerné les dinosaures, il y a 65 millions d’années, et il compare la prochaine extinction à celle que la Terre a connu il y a 250 millions d’années.

Les 3 scientifiques auteurs de l’étude, un mexicain chercheur à l’ Université nationale autonome du Mexique, et deux américains de Stanford, affirment que les disparitions d’espèces ont été multipliées par 100 depuis 1900. Les espèces, avant de s’éteindre de manière définitive, disparaissent au fur et à mesure. Elles sont d’abord en voie d’extinction. Puis disparaissent. On estime que deux espèces d’animaux connus disparaissent chaque année. Trop peu pour alerter l’opinion publique. Mais les chercheurs ont peur que d’ici quelques années, ces espèces en voie de disparition commencent à mourir les unes après les autres.

« Une espèce pas disparue mais qui perd beaucoup de spécimens et de territoires, c’est une espèce qui va disparaître. Et elle n’a pas besoin d’être éteinte pour n’être quasiment plus fonctionnelle. »

Près de 30 % des espèces en déclin sont des espèces communes, des espèces que l’homme peut voir au quotidien. Parmi les causes de ce déclin, on peut citer la déforestation, la surchasse, la pêche, la destruction de leur habitat naturel, les changements climatiques, ou encore la pollution. Les chercheurs ont basé leur étude sur l’évolution des 27600 espèces d’animaux dispatchés aux 4 coins de la planète.

Par exemple, ils ont pu calculer que les populations d’orangs-outans de Bornéo (Indonésie) ont chuté de 25 % ces dix dernières années, pour atteindre 80 000 individus. Idem pour les lions et les tigres, autrefois très nombreux en Afrique, dont la population a été décimée en un siècle, tous comme les girafes et les éléphants, chassés. Au total, plus de 50 % des animaux ont disparu depuis quarante ans. Inquiétant. Mais comme l’explique le chercheur Franck Courchamp dans 20 Minutes, « rien n’est inéluctable ».

« Si nous ne réagissons pas dans les deux à trois prochaines décennies, nous allons perdre des centaines de milliers d’espèces, et avec elles nous perdrons des ressources pour notre santé, notre alimentation, notre agriculture, notre climat… » (Franck Courchamp)

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !