La Mad Jacques, un festival et 450 km de course en stop !

La Mad Jacques est le fruit de la collaboration entre deux parisiens. Le projet a fêté sa 5ème édition ! Nous sommes donc partis de Lyon à destination de Chéniers, petite bourgade de quelques centaines d’habitants au beau milieu de la Creuse, en stop.

La Mad Jacques, c’est la plus grande course en stop de l’Hexagone. Chaque printemps, depuis 5 ans, des auto stoppeurs partent à l’assaut des routes françaises sous ss bannière, depuis Paris, Lille, Clermont ou encore Nantes.

La Mad Jacques se définit comme « un festival de l’aventure et de la mobilité douce ». Le concept se compose d’une course en stop, d’une soirée à l’arrivée, avec des jeux, puis, le dimanche matin une chasse au trésor pour les mieux classés, ainsi que des conférences. Cette année, c’est Antoine de Maximy et sa chemise rouge, bien connu pour son émission « J’irais dormir chez vous » qui était notamment invité.

1500 pouces levés

Curieux de parcourir une partie du pays en stop sous un soleil radieux, nous nous sommes inscrits sur le site de Mad Jacques. L’inscription comprend deux places en binôme (vous ne pouvez pas faire la Mad Jacques seul), une tente et un tapis de sol, une place pour les deux jours de festival. Le retour en bus est à prendre à part. Des FlixBus sont affrétés, la Mad Jacques est une course en aller simple.

RDV pris à Guillotière, à 7H, samedi 2 juin. Ça pique. Nous sommes 250 sur les berges du Rhône, à écouter les consignes des bénévoles, afin de partir à l’aventure. Une heure plus tard, nous voilà partis avec notre tote bag Mad Jacques et notre gilet jaune, direction Tassin, pour le premier défi. Acheter une caillette et la déguster devant l’horloge, et se prendre en photo, et la poster sur le groupe Facebook.

Départ pour la Mad Jacques !
Départ pour la Mad Jacques !

Car la Mad Jacques, c’est aussi une course jonchée de défis. L’aventure sauvage, comme ils disent. Tondre le gazon, mettre un bonnet sur une statue, arriver à dos de cheval ou à skis sur le site du festival, tant de performances que nous avons pu acclamer durant cette journée si passionnante.

La Mad Jacques, c’est aussi des rencontres. Si vous n’avez pas de binôme, Jacques, le gentil organisateur, vous en trouve un ! Ainsi, vous allez partager cette aventure extraordinaire avec un(e) inconnu(e).

Premier rond point Mad Jacques 2018
Premier rond point Mad Jacques 2018

Après être parti de Lyon, nous nous retrouvâmes sur la route. Première voiture, partagée avec d’autres participants, qui nous ont invité dans ce van 8 places, direction Tarare. Et première attente sur un rond point, partagé avec d’autres coureurs ! Après vingt bonnes minutes, un ancien militaire nous prend en stop jusqu’à Roanne. De Roanne, on monte dans la voiture d’un gendarme, qui nous emmène à Balbigny. Mauvaise idée, le carrefour avant l’entrée d’autoroute est vide ! Et grosse galère, on perd une heure. Ensuite, une âme charitable nous propose de revenir à Roanne, et tout s’accélère.

Voyage en 25 tonnes !
Voyage en 25 tonnes !

Un couple nous prend en stop, jusqu’à Lapalisse. On rate la photo du défi, on propose néanmoins à la dame de tondre sa pelouse, et on embarque direction Vichy. Puis, un routier adorable nous prend dans son 25 tonnes, et nous pose cent kilomètres plus loin, vers Limoges.

Balade en région Centre- Val de Loire en poids lourd

Puis, un second routier, à notre plus grande surprise, nous fait monter dans son véhicule, à l’entrée de Limoges. Un serbe, qui ne parle pas un mot de français, d’anglais ou d’italien. On communique via Google Translate pendant cent kilomètres. Arrivé à une aire d’autoroute, un troisième routier nous prend presque immédiatement ! A noter que les routiers n’ont pas le droit de faire monter plus d’un passager dans leur camion. Grâce à leur bonne volonté, nous voici à Guéret ! Plus que 50 kilomètres !

Arrivée à ski !
Arrivée à Chéniers à ski !

Une jeune femme, tombée amoureuse de la Creuse, nous fait monter dans sa voiture, et nous fait un tour du nord du département, en passant par des lacs et de splendides barrages, et fait un détour de 10 kilomètres pour nous poser à Chéniers. Notre pancarte, « Course en stop, please help », nous a permis de nous faire prendre rapidement. Nous ne remercierons jamais les personnes qui nous ont pris sur le bas-côté de la route, et on partagé un brin de route avec nous. Souvent seules, nos conducteurs ont partagé un moment privilégié avec nous ! Une superbe expérience.

On ne vantera jamais le mérite de l’équipe de Mad Jacques, qui a réussi à déblayer le site du festival, articulé autour d’une rivière et d’un moulin, alors que des coulées de boue avaient occasionné un glissement de terrain. La soirée s’est déroulée dans une superbe ambiance ! Le lendemain, les premiers arrivés ont pu participer à une chasse au trésor (mais pas nous). Pour en savoir plus, partez à l’aventure avec Jacques l’an prochain !

 

 

Arrivée à Chéniers, petite bière sur la place du village
Arrivée à Chéniers, petite bière sur la place du village
Le site du festival Mad Jacques endommagé par la pluie
Le site du festival Mad Jacques endommagé par les pluies

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !