L’exposition du mois : « Nous et les autres » au Musée de l’Homme à Paris

Dans 100 ans, serons nous tous métis ? Si les races n’existent pas, pourquoi avons-nous tous des couleurs de peau différentes ? C’est pour répondre de manière scientifique à des questions d’ordre social que le Musée de l’Homme présente sa première expo temporaire, « Nous et les Autres ».

Sommes nous tolérants ?

Vue du Musee de l'homme
Vue du Musee de l’homme

Nous pensons être tolérants (ou pas), mais qu’en est-il vraiment ? Cette exposition temporaire, la première au Musée de l’Homme, situé au Palais de Chaillot à Paris, nous confronte avec nos préjugés, nos aprioris, nos stéréotypes, qui conduisent indubitablement à la catégorisation. La catégorisation, c’est un processus qui classe les individus ou des groupes d’individus selon des préjugés : les gros, les roux, les homosexuels, les pauvres, les cadres, les cathos, les blacks.

IMG_5378

Catégoriser, hiérarchiser les individus

Ce ne sont pas forcément des critères assimilés comme racistes. Mais la catégorisation entraine un dénigrement des groupes de population différents des nôtres. La catégorisation entraine l’essentialisation : le fait de résumer un individu à une seule caratéristique. Ainsi, on n’assimile plus un être humain pour ce qu’ il est, mais pour les préjugés qui correspondent à sa catégorie. Ainsi, l’humain n’est plus qu’une série de critères basés sur des stéréotypes.

musee-homme-

Sommes nous tous racistes ?

En catégorisant les individus et en allant droit à l’essentiel, on finit par tomber au 3ème point. La hiérarchisation, c’est à dire comment nous traitons les individus par rapport à ces diagnostics. Dans la tête de chacun, ces stéréotypes sont hiérarchisés, et l’on finit par faire un classement des différents groupes d’individus que l’on voit chaque jour.

L’anthropologie pour tous

C’est ce que que présente la première partie de l’exposition. Elle répond à différentes questions, comme « Qu’est-ce qu’un préjugé », en montrant, à travers une vidéo, les préjugés que l’on peut avoir lorsque l’on croise un individu dans le métro. L’exposition nous montre également, chaque jour, les différentes discriminations dont nous pouvons être victimes. Puis on parle d’ethnocentrisme, en montrant que nous avons tendance à toujours mettre en avant les caractéristiques culturelles de notre pays, au détriment des autres.

Une approche scientifique du racisme

Au fur et à mesure, l’exposition nous emmène plus loin dans la réflexion. La seconde partie est une fresque de différentes archives historiques. Nos préjugés n’ont-ils pas entrainés des crimes terribles, comme le génocide au Rwanda, ou encore la Shoah ? L’expo s’est également associée avec Yann Arthus Bertrand pour Le projet 7 milliards d’autres, une série d’interviews vidéos réalisées aux quatre coins du monde permet de réaliser des portraits d’individus tous différents, afin de comprendre ce qui nous sépare et ce qui nous lie.

Dans la 3ème partie de l’exposition, on peut comprendre qu’en France, les catégorisations, l’assignation identitaire, ou encore l’ethnocentrisme et les discriminations sont courantes dans notre quotidien. Tant et si bien que l’on ne s’en rend pas forcément compte. Les discours de certains politiciens sont teintés de préjugés, tandis que nous connaissons des discriminations à l’embauche, et que les médias sont sans cesse en train de montrer du doigt des groupes d’individus. Un café a été reproduit à la fin de l’exposition, dans lequel des vidéos sont projetées.

Visitez l’exposition Nous et les Autres au Musée de l’Homme à Paris • du 31 mars 2017 au 08 janvier 2018.

Site Internet de l’exposition

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !