Sea Bubbles : le premier taxi volant a été testé à Paris

Paris. Un prototype de Sea Bubble a été testé pour la première fois ce vendredi 16 juin 2017 sur la Seine en présence de la maire Anne Hidalgo.

taxi-volant-paris-sea-bubble-2 taxi-volant-paris-sea-bubble-3 taxi-volant-paris-sea-bubble-4

Et si des objets volants remplaçaient les taxis ? Ce qui pourrait s’apparenter à une caricature du film de Luc Besson « Le Cinquième Element » n’a jamais été aussi réaliste. Alors que les objets volants identifiés de Besson ne sont jamais sortis du grand écran sur lesquels vous les avez vu, le Sea Bubble, est, lui, un moyen de transport fiable qui ne saurait faire son arrivée à Paris.

« C’est pareil dans les villes du monde entier », explique l’inventeur du Sea Bubble : « les quais sont congestionnés mais sur l’eau, il y a encore pas mal de place, avec des infrastructures existantes ».

Le navigateur Alain Thébault a ainsi inventé un nouveau moyen de transport, qu’il qualifie de « Zéro bruit, zéro vague et zéro émission », comme nous vous l’expliquions il y a plusieurs mois sur notre site. Ces taxis volants vont arriver à Paris. Ce service de bateau-taxi pourra bientôt travailler sur la Seine, à la grande joie d’Anne Hidalgo, qui milite en faveur du Sea Bubble « depuis le début ». Mais comment un tel objet peut-il fonctionner ?

« Faire voler tout le monde sans polluer »

« Ça fonctionne comme les ailes d’un avion dans l’air et à une certaine vitesse, le Bubble se soulève », explique Alain Thebault, dont le mentor fut Éric Tabarly. Tout comme l’hydroptère, « c’est en naviguant que ses « foils », sorte de grands arcs en polyester, se déploient et la coque de l’embarcation, qui fonctionne sur batteries électriques, décolle et se met à « voler » à plus de 50 cm au-dessus de l’eau ».

Un prototype est actuellement visible sur le salon Vivatech jusqu’au 17 juin, porte de Versailles. Et le Sea Bubble est sollicité aux quatre coins du monde ! Pour Thebault, chaque ville ayant un quai est susceptible d’être intéressée. L’objectif du navigateur est de pouvoir faire voler tout le monde sans polluer, pour désengorger les accès routiers dans les villes.

« C’est pareil dans les villes du monde entier« , explique l’inventeur du Sea Bubble : « les quais sont congestionnés mais sur l’eau, il y a encore pas mal de place, avec des infrastructures existantes« .

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !