Les autorités indonésiennes tuent les orangs outangs à coups de mitrailettes

Ce jeudi, une femelle orang-outang de 14 ans a été tué de plus de 40 balles dans la jungle. Ce fait qui peut paraitre anodin pour certains résume le massacre que les autorités indonésiennes sont en train de commettre dans et autour des forêts tropicales de la péninsule.

Bornéo, Bali, Indonésie, Sumatra. Les autorités indonésiennes sont prêtes à massacrer les forêts équatoriales aux quatre coins d’une des péninsules les plus belles et les plus sauvages de la planète. La cause? L’expansion des plantations d’huile de palmes, au détriment des forêts tropicales, avec la faune et la flore qui s’y cache. Et les premières victimes de ce massacre sont les orangs outangs. L’AFP rapporte ainsi que dans une plantation d’huile de palme sur l’île de Kalimantan, partie indonésienne de l’île de Bornéo, une femelle singe a été retrouvé avec plus de 40 balles dans le corps.

L’équipe médicale dépéchée sur place n’a pas réussi à sauver l’animal, qui est sur la liste rouge des espèces en danger de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), comme l’explique le Parisien. Le problème est que l’Indonésie est le plus grand producteur mondial d’huile de palme — l’huile végétale la plus consommée au monde — devant la Malaisie. Si certains boycottent les produits à base d’huile de palme, la plupart des plats préparées et des biscuits peuvent en contenir. Cette huile n’est pas dangereuse pour la santé mais son industrie, notamment en Indonésie, nécessite souvent de massacrer des millions d’hectares de forêt, avec les animaux qui en font partis. Le gouvernement indonésien ne fait rien pour arrêter ce drame, bien au contraire.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !