La justice américaine accuse la FIFA de corruption pour la Coupe du Monde 1998

Et si la France n’aurait jamais du gagner 3-0 face au Brésil lors de cette fameuse finale du 12 juillet 1998 de la Coupe du Monde ? Et si tout cela n’était qu’un rêve teinté de corruption ? C’est ce que semble indiquer le compte-rendu du rapport de la justice américaine, pas vraiment nostalgique du doublé du chauve le plus célèbre de la planète foot.

Selon un rapport de la vaste enquête qui concerne la FIFA, menée par la justice américaine, la Coupe du Monde 1998 en France ferait partie des compétitions entachées de soupçons de corruption. L’attribution de la Coupe du Monde 1998 en France semble suspecte. Des pots de vins auraient notamment été versés. Une histoire de plus qui vient contrarier l’image de la FIFA, mais pas celle de l’Equipe de France, et qui ne remet pas en doute l’image de nos Bleus.

La justice parle d’un schéma de corruption relatif à la Coupe du Monde 1998. Parmi les charges retenues contre Chuck Blazer, l’ancien Président de la CONCAF (Fédération d’Amérique du Nord, des Caraibes et d’Amérique Centrale) est accusé d’avoir vendu sa voix au plus offrant.

«Dans les mois qui ont précédé le vote, Blazer a voyagé avec le co-conspirateur #1 […] au Maroc à l’invitation du comité d’organisation local. A l’époque, le co-conspirateur #1 occupait un certain nombre de postes, dont certains de haut rang à la Fifa et à la Concacaf.

Une fois au Maroc, Blazer était présent quand un représentant de la candidature marocaine a offert un pot-de-vin au co-conspirateur #1 en échange de sa promesse de voter pour le Maroc lors du comité exécutif désignant l’organisateur du Mondial 1998. Le co-conspirateur #1 a accepté l’offre.

Après le voyage, le co-conspirateur #1 a demandé à Blazer de prendre voix avec des membres du comité d’organisation marocain pour savoir quand le paiement serait effectué. Blazer a ensuite discuté de ce sujet avec des représentants du comité d’organisation marocain à plusieurs reprises, dont certaines ont eu lieu par téléphone depuis les bureaux de la Concacaf à New York.

Même si le paiement a eu lieu, […] la France a été choisie au détriment du Maroc pour organiser la Coupe du monde 1998.» 

FIFA : «Le fonctionnement que l’on a découvert est semblable à celui d’une organisation criminelle»

Si une quelconque affaire de pots de vins avait fuité à l’époque dans les médias, les autorité de la FIFA aurait procédé à une nouvelle élection. Et qui sait ce qui se serait produit. Qui sait si la France aurait été de nouveau élue.

La ministre de la Justice américaine, Loretta Lynch, a donné une conférence de presse hier, mercredi. Elle parle de corruption à hauteur de 150 millions de dollars de pots de vin. Devant les médias, la numéro un de la justice aux US n’a pas pris de pincettes pour décrire la situation à la FIFA. «On parle là d’une instance où la corruption est endémique, où ce système est devenu une culture. Les faits portent sur au moins deux générations d’officiels du football et ce qui leur est reproché est très grave. Le fonctionnement que l’on a découvert est semblable à celui d’une organisation criminelle»

«Chuck Blazer, a entre autres, sollicité et obtenu des pots-de-vins dans le cadre des processus d’attribution des Coupes du monde 1998 et 2010»

L’enquête progresse alors que les élections prévues ce vendredi qui détermineront le nouveau Président de la FIFA auront belles et bien lieu demain ! On se souvient qu’en 2011, le Qatar, autre dossier lourd sur le bureau de la Ministre de la Justice américaine, avait été accusé par le FBI d’avoir versé un million de dollars au fils d’un des votants. La même année, deux journalistes du Sunday Times avait également accusé la FIFA d’avoir fermé les yeux sur des faits de corruption. Mohamed Bin Hammam, un membre de la FIFA haut placé, qui militait pour la Coupe du Monde au Qatar, aurait acheté les votes de certains membres de l’organisation. Toujours concernant la Coupe du Monde au Qatar, France Football, il y a quelques mois, sortait un dossier accusateur sur l’attribution de cette Coupe du Monde.

Pour l’instant, 47 chefs d’accusation ont été prononcés à l’encontre de 11 dirigeants FIFA. Parmi ces accusations, la corruption, la fraude et le blanchiment d’argent. La Coupe du Monde en Afrique du Sud est également sous le feu des projecteurs. En effet, selon le document, «Chuck Blazer, a entre autres, sollicité et obtenu des pots-de-vins dans le cadre des processus d’attribution des Coupes du monde 1998 et 2010»

Voici le rapport de la justice américaine

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !