Interview : On a rencontré Julien Boudet aka Bleu Mode

Ce n’est pas notre première entrevue avec le photographe Julien Boudet, nous avions la chance de le rencontrer il y a 3 ans à Paris, pendant la Fashion Week.

Depuis, son travail a évolué, sa côte a grimpé en flèche, mais qu’en est-il de l’artiste ?  Petite mise à jour de son parcours, ses collaborations et ses coups de coeur mode.

©Julien Boudet

En toile de fonds lors de cette entrevue, sa toute première exposition avec la maison Burberry, sous doses de fashion week et de vision en tant que photographe. Une phrase ressort et résonne fortement dans les oreilles lors de cette rencontre : Jamais dans la tendance mais toujours dans la bonne direction – scred connexion. Une phrase mantra que Julien Boudet nous a confié et qui résume très bien ce parcours brillant pour l’année 2018 ! Décryptage oblige pour faire de même.

Jamais dans la tendance mais toujours dans la bonne direction – scred connexion.

View this post on Instagram

@thombrowneny ss19

A post shared by julien boudet (@bleumode) on

Nuit courte, lever difficile, premier défilé backstage à 9h du matin, Julien shoote un peu de street style après, un éditorial pendant quelques heures, encore un peu de street style, un diner en mode business, des retouches et envois de photos avant de ressortir en after party et au lit pour quelques heures de sommeil…et ainsi de suite pendant 30 jours non-stop (NY-Londres-Milan-Paris). Voilà donc sa routine en tant que photographe durant ces périodes chargées que sont les Fashion Week !

Une version colorée sur le papier, mais il ne faut pas oublier que ce milieu fort compétitif ne laisse place à l’erreur et à la moindre imperfection. Bleue Mode aka Julien Boudet l’a bien compris et l’applique à travers son style et ses photos, jusqu’à cette exposition en collaboration avec Burberry.

C’était vraiment intéressant, à la base on ne devait en faire qu’une seule à NYC puis ça s’est tellement bien passé que le lendemain ils ont appelé mon manager pour voir si on pouvait en refaire une à LA puis une autre à Chicago. 

Collaborer avec une marque si prestigieuse qui me fascine depuis le collège était vraiment une chance incroyable, cela restera l’un de mes moments les plus forts de 2018. Maintenant il faut mettre le paquet pour faire encore plus fort en 2019! 

Une chose ressort alors dans les mots du photographe, la précision sur « NYC », une précision que l’on comprend quand on lui demande son pays préféré en terme de mode.

Si l’on parle du style dans la rue, ce n’est pas un pays mais une ville, New York. Et je précise bien NYC et non pas les Etats-Unis car NYC est un pays à l’intérieur d’un pays, c’est très différent du reste des USA.

Les gens sont libres de s’habiller et s’exprimer comme ils le veulent, et personne ne les juge – ce qui est loin d’être le cas dans un pays comme la France, entre autres.

©Julien Boudet

Pour revenir sur son parcours, Julien Boudet a grandi à Sète, dans le Sud de la France, obtient  à l’IUT de Béziers un DUT en Techniques de Commercialisation, pour ensuite terminer par une licence de commerce international. Un chemin tout tracé, bifurcation subite à NYC avec pour but de se retrouver, trouver sa véritable voix et se challenger en 2008. Un sentiment que beaucoup connaissent encore à ce jour, faire de son métier une véritable passion et s’émerveiller de chaque journée.

Rien ne me plaisait particulièrement après avoir terminé mes études

Arrivé là bas, Julien a enchainé tous les petits boulots possibles et inimaginables, tout en perfectionnant son anglais. Très rapidement, il se découvre une passion pour la photographie et la mode, tout naturellement et à travers le temps, il s’oriente vers ce domaine. Retour à la case départ diront certains, nouveau départ tout simplement pour d’autres, Julien Boudet décide de reprendre ses études, cette fois dans la photographie et à 26 ans se donne les moyens de réussir.

Via ses contacts faits sur place il arrive a décrocher ses premiers boulots photos tout en étant étudiant. Réseau, portfolio, travail acharné il obtient ensuite le visa artiste O1, il n’en fallait pas plus pour qu’il lance en 2013 sa plateforme du nom de Bleu Mode.

En juin de la même année j’arrête complètement l’école pour me lancer en freelance, mon visa d’artiste étant enfin approuvé.

Une fois mon visa en poche et mon statut d’artiste “officiel”, je peux commencer à travailler normalement et je débute ma période de voyages à la chaine qui ne s’est toujours pas arrêté a l’heure ou j’écris cette phrase, assis dans un train entre Florence et Milan…Pris par le travail j’ai du arrêter d’écrire et reprendre cette interview deux semaines plus tard dans un avion reliant Paris à Istanbul.

Véritable hyper actif ! Le seul crédo de Julien Boudet, alias Bleu Mode, est donc et restera l’amour de son métier (passion) pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres à travers ses clichés. Faire et faire bien, se différencier et sortir du lot. C’est ce qui ressort quand on lui demande ce qui fait de quelqu’un un véritable photographe : avoir un oeil et une vision, un style propre et unique. Une véritable leçon de vie, et une philosophie que les marques comme Dries Van Noten, Lacoste Vintage ou le créateur Raf Simons respectent à ses yeux. Une audace audacieuse, voir bousculant les codes de la mode par moment, voir à ne pas vendre mais conserver leurs idéaux.

Tout est bleu !

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !