Travailleurs de nuit, attention danger

Selon un rapport de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (ANSES), les risques de tomber malades sont accrus pour les personnes qui travaillent de nuit.

Travailleurs de nuit, inquiétez-vous. Selon Le Monde, un rapport de l’ANSES met en avant le risque élevé de maladies pour les travailleurs nocturnes. Parmi les dangers auxquels sont exposés ces derniers, « les risques de trouble du sommeil et de troubles métaboliques sont avérés ». D’autres risques de « cancers, d’obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires » sont quant à elle « probable », d’après le rapport. Si les problèmes d’ordre psychique peuvent aussi intervenir, l’ANSES prévient aussi que le travail de nuit détériore les relations sociales et familiales. Mais ce n’est pas tout. Ce décalage n’affecte pas uniquement votre moral : l’intégralité de votre corps sera perturbée par ces changements de rythme. « Sur le plan physiologique, il se produit une désynchronisation entre les rythmes circadiens calés sur un horaire de jour et le nouveau cycle imposé par le travail de nuit », rapporte Le Monde.

Travailler de nuit, pas trop longtemps

Comme l’explique Ouest-France, le travail de nuit doit rester « exceptionnel ». Une pratique qui n’est pas forcément intégrée dans les codes en France. En effet, le nombre de travailleurs nocturnes aurait explosé en 20 ans. Pour pallier à cette généralisation qui touchait environ 3,5 millions de Français en 2012, l’ANSES préconise de limiter le travail de nuit aux activités qui n’ont pas d’autres choix (surveillants, infirmiers, etc.). La Nuit debout est visiblement plus attrayante place de la République que dans le domaine du travail…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !