Vidéo : A Lyon, le rappeur Sadek frappe violemment Bassem Braiki

Le rappeur Sadek règle ses comptes avec Bassem Braiki, passé à tabac devant son domicile aux alentours de Lyon dans la nuit de lundi à mardi. Sadek a ensuite publié la vidéo de l’agression sur les réseaux sociaux.

Un règlement de compte a eu lieu entre Bassem Braiki, Youtubeur originaire de Vénissieux, et le rappeur Sadek. D’abord sur les réseaux sociaux, l’affaire a ensuite pris une toute autre tournure lorsque Sadek et ses comparses ont débarqué lundi soir devant l’immeuble de Bassem Braiki pour le passer à tabac.

alt="sadek-frappe-bassem
Sadek tabasse Bassem et publie la vidéo sur Internet

A la génèse de l’embrouille, une passe d’armes sur les réseaux sociaux entre les deux principaux protagonistes de l’histoire, à propos du showcase de Sadek prévu samedi 8 février, dans un restaurant de Saint-Priest (Rhône). Mais le concert a été annulé pour cause de risques de débordements.

Sadek tabasse Bassem et publie la vidéo sur Internet

Parmi les risques éventuels, des appels à venir perturber le concert émis par Bassem Braiki, connu pour avoir foutu le boxon au concert de Booba à Dardilly en 2016. S’en est suivi ensuite des menaces sur les réseaux sociaux, qui ont mené au lynchage qu’a reçu Bassem Braiki devant son domicile par quatre individus.

La vidéo de l’agression de Bassem Braiki par Sadek est d’une rare violence

L’un d’entre eux a filmé une partie de la scène et l’a posté sur Twitter. On voit clairement le rappeur et ses acolytes tabasser à coups de pied et de matraques le Youtubeur, le visage en sang, au sol, quasiment inconscient. Des images d’une rare violence, publiées sur les réseaux sociaux…

Nous avons choisi de ne pas publier cette vidéo insupportable, pour ne pas faire la promotion d’un tel geste. Sadek a ensuite publié d’autres contenus, notamment une photo le montrant peu de temps après l’agression, les mains en sang, ainsi qu’une autre vidéo narguant Bassem peu de temps après l’agression.

Le rappeur  Sadek tabasse  le Youtubeur Bassem Braiki

Sadek assume ses actes, et n’est pas fier de lui

«En vrai de vrai je suis pas fier de moi. J’ai cédé comme un imbécile à la violence et à la haine. A un moment je supportais plus les menaces avec des armes, les propos […]. J’envoie ce message à tous les petits frères qui m’écoutent, sachez que ce que j’ai fait c’est de la merde. Et regardez bien, je vais payer pour ça, j’en suis totalement conscient. Et ce qui va m’arriver c’est tout à fait bien fait pour moi. Donc ne prenez pas ça en exemple, c’est de la merde. Le mieux c’est de discuter, de réussir à s’entendre et de vivre ensemble.»

Le rappeur dit avoir été victime de :  «racisme, de menaces, de mensonges et de délation». «J’ai porté plainte comme un bon citoyen, il n’y a rien qui s’est passé. Au bout d’un moment j’ai pété un plomb et j’ai pensé que j’avais droit de me faire justice moi-même, ce qui est totalement faux et maintenant je vais payer pour ça. […] J’espère que ça servira d’exemple cette histoire de merde. Et même à Bassem j’espère qu’il se remettra en question parce qu’au bout d’un moment des gens peuvent vriller.»

Des douilles retrouvées sur place ?

Le parquet de Lyon, a confirmé à CheckNews l’ouverture d’une enquête pour «violences avec arme et en réunion».  D’après l’avocat de Bassem, qui a accordé quelques mots à Lyon Capitale, les protagonistes, Sadek et trois autres personnes, étaient aussi munies de “barres de fer et a priori d’armes à feu puisque des douilles ont été retrouvées sur place”.

Selon le même média, le parquet de Lyon s’est auto-saisit de l’affaire. L’avocat, maitre Metaxas explique que “Bassem n’a pas porté plainte parce qu’il n’en est pas capable physiquement du fait de son état de santé”.

Les agresseurs de Bassem Braiki encourent jusqu’à dix ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende. Sur Internet, des bandes rivales appellent à la violence pour venger le Youtubeur très controversé.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !