Qui est Piotr Pavlenski, ce performeur russe qui a publié les vidéos de Benjamin Griveaux ?

Piotr Pavlenski est un artiste russe engagé et un performeur de l’extrême. Soutien aux Pussy Riots, campagne ouverte contre Vladimir Poutine, l’homme n’hésite pas à manifester publiquement son désaccord avec la classe politique. Plus récemment, c’est en France qu’il a frappé.

Pour ceux qui n’ont pas lu la presse ces derniers jours, Benjamin Griveaux, député macroniste, a été évincé de la course à la Mairie de Paris. Et pour cause, le député LREM a du présenter sa démission vendredi matin, suite à la publication sur Internet de contenus à caractère sexuel le mettant en scène en train de se masturber.

Qui a pu envoyer ces vidéos ? Et pour quelles raisons ? Dès lors, la planète s’interroge.

Porno Politique, le site de vidéos X de Piotr Pavlenski

Piotr Pavlenski est un activiste russe qui a compris la puissance des images. Alors qu’il se mettait en scène auparavant dans des vidéos de performances extrèmes dont nous parlerons ensuite, l’individu a changé son fusil d’épaule. Il s’attaque dorénavant aux politiques via un site Internet.

Alexandra De Taddeo et Benjamin Griveaux, une histoire d’ex qui finit en revenge porn

Ce site, c’est Pornopolitique, une plateforme web qu’il a créée afin de diffuser en masse des vidéos à caractère sexuel de politiques de différents pays. Il utilise désormais les techniques du KGB, toujours utilisés par les services secrets russes : l’écoute, le renseignement, et le kompromat, les dossiers compromettants. Pour lui, l’art passe par la dénonciation. Et tant pis pour l’éthique.

 « L’art politique est un art » qui exige d’« agir pour forcer l’appareil d’Etat à se démasquer ». « Pour cela, l’artiste utilise les mêmes instruments que ceux dont use le pouvoir. »

Piotr Pavlenski

La semaine précédente, il a ainsi posté ces fameux contenus, avec la complicité de sa compagne. Les deux individus sont actuellement en garde à vue. Pavlenski pourrait-il, d’ailleurs, perdre son statut de réfugié politique ?

Piotr Pavlenski, portrait d’un agitateur de l’extrème

Le nom de Piotr Pavlenski ne vous évoquait sans doute rien, et pourtant. En 2012, l’activiste s’était cousu les lèvres en signe de soutien au groupe Pussy Riot, dont deux membres purgeaient une peine de deux ans de prison pour avoir chanté une « prière punk » contre le président russe Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Les images, chocs, avaient fait le tour du monde.

En 2013, l’activiste russe s’était entièrement mis nu autour de barbelés Place Rouge, à l’occasion de la Journée annuelle de la police en Russie. Pavlenski a ensuite planté un gros clou à travers la poche de peau de ses testicules; Il avait appelé sa performance « Fixation », performance qu’il avait considéré comme « une métaphore de l’apathie, de l’indifférence politique et du fatalisme de la société russe moderne ».

En 2017, après avoir reçu de sévères menaces en Russie, Piotr Pavlenski reçoit l’asile politique en France. Il vivra désormais à Paris, avec sa femme et ses deux enfants. Mais il reste néanmoins actif. En 2017, alors qu’il avait eu l’asile politique cinq mois plus tôt, il a été condamné à trois ans d’emprisonnement dont deux avec sursis pour avoir incendié une agence de la Banque de France à Paris. 

Piotr Pavlesnki était recherché par la police depuis le 2 janvier dernier. Il est soupçonné d’avoir été impliqué dans une affaire de violences volontaires commises le soir du nouvel an. Durant cette soirée, deux personnes ont été blessées à coups de couteau, selon Mediapart. La police, qui ne pouvait pas encore l’arrêter pour l’affaire Griveaux, l’a interpellé et mis en garde à vue pour soupçons de « dégradation en bande organisée par moyen dangereux ». Avant de l’entendre aujourd’hui pour l’affaire Griveaux.

Suffisant pour lui faire perdre son droit à l’asile politique ? Non répond son avocate dans l’Express. Pour cela, il faudrait qu’il soit condamné à 10 ans d’emprisonnement ou que pèsent sur lui des accusations de terrorisme, comme cela a été établi dans les Conventions de Genève.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !