Coronavirus : le Danemark l’a annoncé, aucune aide de l’Etat pour les entreprises enregistrées dans les paradis fiscaux

C’est une décision forte qui va faire date. Le Danemark a décidé de refuser toute demande d’aide de l’Etat de la part des entreprises dont des comptes, filiales ou holding sont enregistrées dans les paradis fiscaux. Une manière de faire la chasse aux mauvais payeurs.

Face à la crise sanitaire sans précédent du Covid-19, de nombreuses entreprises n’ont pas suffisamment de cash pour pouvoir rembourser leurs échéances, payer leur fournisseurs et leurs équipements, et payer les salaires de leurs collaborateurs. Ainsi, un fond dédié pour le Covid-19 et des reports de charges sont mis en place par les Etats. Mais le Danemark ne souhaite pas en faire profiter toutes les entreprises.

alt="nyhavn-denmark-europe-copenhagen"
Nyhavn à Copenhagen


« Nous avons une position plus solide que de nombreux autres pays et nous sommes en mesure d’emprunter de l’argent pour surmonter cette situation de la meilleure façon possible. »

Nicolai Wammen, ministre des Finances, cité par Bloomberg :

Prolongation d’un mois du plan d’aide aux entreprises

Par l’intermédiaire d’un communiqué (en danois), relayé par le site Bloomberg (en anglais), le gouvernement a informé qu’il souhaitait toujours aider du mieux que possible l’économie de leur pays. Ils ont ainsi instaurer la prolongation pour un mois supplémentaire des mesures de soutien à l’économie, soit jusqu’au 8 juillet prochain. Il s’agit d’un plan chiffré autour d’environ 53,6 milliards d’euros, tout de même !

Une politique qui semble plus éthique

Seulement voilà. Pour pouvoir en bénéficier, il va falloir remplir des conditions drastiques. Les entreprises qui se verseront des dividendes où qui s’en sont versées récemment, celles qui rachètent leurs propres actions ou celles qui sont hébergées dans les paradis fiscaux n’auront pas un centime provenant de ce plan d’aide.

A noter que depuis le 15 avril, le Danemark est en déconfinement. Alors que la Suède, son voisin, n’a pas choisi de confiner le pays, le Danemark est l’un des premiers pays d’Europe à mettre lentement un terme au confinement.

Pendant ce temps, en France, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie, a tenu bon de rappeler que les entreprises bénéficiants du chômage partiel devait faire preuve de « la plus grande modération » en matière de versement de dividendes. Toujours dans l’Hexagone, certains ont regretté que des mesures fortes n’aient pas été prises à ce sujet par le gouvernement.

Le Monde explique dans ses colonnes qu’en Allemagne, les groupes industriels font comme ils le souhaitent en matière de versement de dividendes. Les groupes Benz – Daimler ainsi que BMW et le groupe auto Volkswagen vont ainsi verser 7,5 milliards d’euros aux actionnaires, au nez et à la barbe de l’Etat, tout en multipliant les plans de licenciements. Ce sont prêts de 200 000 salariés des puissants industriels qui ont été mis au chômage.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !