Festival Lumière : retour sur la soirée Taxi Driver avec Martin Scorsese

20h45, la foule s’amasse déjà devant l’entrée de la salle 3000 à Lyon, ce vendredi 16 octobre, pour assister à la présentation de Taxi Driver par Martin Scorsese.

Peu à peu l’impatience commence à se faire sentir, la foule est de plus en plus importante. Vers 21h30 les derniers arrivant doivent attendre sur les escaliers, la queue n’en finit plus. Heureusement le staff propose gentiment un café pour faire passer les dernières minutes.

22h15, les portes s’ouvrent…

On ne tient plus, les portes sont ouvertes, les gens rentrent et se précipitent aux meilleures places. Les journalistes et autres personnalités étant déjà présentes pour la remise du prix Lumière à Scorsese par Salma Hayek. Cependant les bonnes places sont nombreuses et la configuration de la salle permet d’apprécier le spectacle de manière générale. La salle pouvant contenir jusqu’à 3 220 places est presque pleine, l’excitation et la joie se font sentir de plus en plus.

Salle 3000, soirée Taxi Driver
Salle 3000, soirée Taxi Driver, © Jean-Baptiste Bornier

22h25, Martin Scorsese arrive

Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière, arrive sur scène pour annoncer Scorsese. Ce dernier arrive sous un tonnerre d’applaudissements, la salle entière se lève à son arrivée. Après un léger « Merci ! » la présentation commence. Juste quelques phrases, concises mais efficaces et toujours avec une pointe d’humour. On apprend que la réalisation du film n’a pas été de tout repos : « J’étais partant pour tourner ce film, mais personne ne me prêtait attention avant que je réalise Mean Streets. ». Les conditions de tournages n’étaient pas non plus avec eux : «  Nous avons fait face à la pluie, au brouillard ». Mais cela n’a pas empêché d’en faire un chef-d’œuvre.

Martin Scorsese
Martin Scorsese, © Tanguy Colon

22h40, Taxi Driver sur grand écran

Après le départ de Martin Scorsese, les lumières baissent et la fameuse bande-son de Bernard-Hermann et son saxophone enivrant nous prennent aux tripes. C’est parti pour 1h55 dans un New-York schizophrène, ou la solitude et le mal-être sont constamment présents pour notre plus grand bonheur. De Niro, Keitel, Foster et la patte de Scorsese donnent, sur grand écran et dans une version HD, un nouveau visage au cinéma américain. Dans cette magnifique salle le tout n’est que sublimé.

00h40, fin de la soirée

Les lumières se rallument, la tension redescend mais est toujours bien présente. Il est temps de rentrer, retour à la réalité. Chacun fait le point sur ce qu’il a vu, compris et ressentit. Chacun a son propre point de vue, mais ce qui est sûr, c’est que Taxi Driver présenté par Scorsese, ça a de la gueule.

Fin de la soirée les spectateurs sortent.
Fin de la soirée les spectateurs sortent. © Jean-Baptiste Bornier

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !