Fashion Revolution Day : ce qui se cache derrière un t-shirt à 2 euros

Pour la Fashion Revolution Day, le 24 avril, l’agence BBDO et le collectif Fashion Revolution ont piégé les passants de la capitale allemande.

Toujours en quête de prix réduits, les humains oublient la plupart du temps la dure réalité et ne ce soucient que très peu des personnes qui confectionnent nos vêtements pas chers. En avril 2013, le 24 plus précisément, 1 129 personnes ont trouvé la mort dans l’effondrement du Rana Plaza, un immeuble au Bangladesh. Quelques jours avant l’accident, le bâtiment exclusivement dédié à la confection avait été jugé insalubre.

Un distributeur pas comme les autres

Afin de lutter contre ces drames et faire en sorte que les choses bougent, le 24 avril a été baptisé Fashion Revolution Day. Pour soutenir les populations qui travaillent dans des conditions précaires au plan digital, les hashtags #whomademyclothes et #FashRev ont été mis en place. La résistance s’organise, et au milieu de la place Alexanderplatz, à Berlin, un distributeur pas comme les autres a attisé la curiosité des passants.

A la recherche de bons plans, les visiteurs se trouvaient être attiré par cette offre alléchante. En revanche, au lieu d’emporter avec soi le t-shirt à 2€, ils ont pu découvrir ce qu’il se cache derrière tout ça. Grâce à un écran placé dans le distributeur, les visiteurs ont pu découvrir l’histoire de Manisha, employée d’une usine de la mort. Elle travaillait dans des conditions précaires, et personne n’aurait pu supporter le rythme : 16 heures de travail par jour, payée que 13 de l’heure et gagne pas plus de 2€ par jour.

Le but a été atteint : choquer et sensibiliser. Par la suite, les curieux pouvaient repartir avec le t-shirt pour faire don de leurs 2€ à l’association dans la lutte contre l’esclavagisme. Et vous, seriez-vous prêt vous passez de vos 2€ ? 

focuSur vous montre l’expérience menée par le collectif Fashion Revolution :

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !