En images : sur la planète Weather Festival

50 000 personnes étaient au rendez-vous

Du 3 au 5 juin se tenait l’édition estivale du Weather Festival, du côté de l’aéroport du Bourget, avec plus de cent artistes, le tout pendant 46 heures. Un vrai marathon auquel nous avons participé samedi et dimanche.

une-weather-festival
© focuSur

Le Weather Festival, après un passage en 2015 au bois de Vincennes, a de nouveau posé ses valises sur le tarmac du Bourget, dans un décor aux allures de parc d’attraction. Pour l’occasion, du beau monde était au rendez-vous. 113 artistes exactement qui étaient tous plus en forme que jamais pour faire trembler les murs. Malgré les fortes pluies combinées aux grèves qui ont paralysé la capitale toute la semaine, 50 000 personnes ont répondu présentes, selon les chiffres communiqués par le festival.

[ MERCI ]
Déjà la quatrième édition du Weather Festival…et on est toujours aussi émus quand ça se termine. Des mois d’…

Publié par Weather Festival sur jeudi 9 juin 2016

Start le samedi avec la crème de la crème

weather-festival
© focuSur

On a bien évidemment pas pu TOUT voir, même avec les 40km qu’on a parcouru en 2 jours (selon les données de nos smartphones). Nous avons tout de même bien navigué de scène en scène pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Après avoir perdu pas mal de temps dans les transports, nous y sommes, enfin ! Le Weather s’ouvre à nous, le spot est gigantesque. On débarque sur une autre planète. Petit mise en jambe avec The Black Madonna sur la scène Eté, profitons-en, il ne pleut pas. Voilà qui nous chauffe bien, mais hors de question de manquer Apollonia qui joue en même temps du côté de la scène Automne. Le français ne perd pas de temps et envoie du très lourd direct, bien décidé à enflammer le public parti pour 12 heures de kiffe non-stop.

the black madonna weather festival
© Snapchat focuSur

On enchaîne avec Motor City Drum Ensemble sur la scène Eté, qu’on avait particulièrement apprécié un mois plus tôt aux Nuits Sonores. Ici aussi, nous ne serons pas déçus. MCDE sait comment nous mettre en ébullition, et c’est parfait, car on a encore beaucoup d’artistes à voir ! Robert Hood débarque juste derrière avec un set hip-hop phénoménal. Mais on ne pourra pas rester jusqu’à la fin, on a rencard avec Polar Inertia sur l’interminable scène Hiver.

Là, gros changement d’ambiance. Des gros kicks, une techno froide et sombre qui vous envoie dans le cosmos. Leur live, ultra dark, est réussi. Puis, laissons place à la Berghain Family. Premier arrivé, Marcel Dettmann, joue juste avant son compère Ben Klock. Les deux amis se sont passés le mot, et à base de grosses tracks estampillées Osgut Ton, ils ont mis le feu à la salle. 6h30, c’est la fin pour Klock. On rentre où on reste ? Il y a encore Vril et Scuba sur la scène Automne, et les très attendus RPR Soundsystem sur la scène Printemps. Le DJ Set minimal des 3 roumains est un délice. Une chance pour la centaine de combattants qui danse encore à l’extérieur. Petit tour en direction de Donato Dozzy, qui est venu seul, mais les jambes commencent à être lourdes. Il est 7.30 et le temps n’est pas vraiment clément autour du tarmac du Weather. Petit détour par Vril et tant pis pour DVS1 et Scuba, il faut être en forme pour l’après-midi.

Un dimanche ensoleillé

Retour sur site dimanche en milieu d’aprem avec un invité surprise : LE SOLEIL ! Dix jours qu’on ne l’avait pas vu, cet enfoiré. C’est 17h, Nina Kraviz vient d’attaquer en grande forme. Ça frappe déjà sur la scène Automne. Dommage, c’est à l’intérieur, et on a quand même envie d’aller profiter un peu de ces quelques rayons de soleil. Et puis Nina, si on veut la voir, on a qu’à écumer les festivals en France cette année… Kraviz et Len Faki sont absolument partout ! A croire qu’ils arrivent à transplaner.

nina-kravitz-weather-festival
© Snapchat focuSur

On a comme une envie d’aller gambader. Ça tombe bien, Ricardo Villalobos joue sur la scène printemps jusqu’à 20h. Quoi de mieux pour profiter de la fin de la journée ? Son B2B avec Zip est plutôt sympa mais commence à nous endormir légèrement. Et on ne se doute pas de la claque qu’on va se prendre.

Après un tour sur la scène de Birth Of Frequency, qui envoie du très gras, direction le set très énervé de Faki. Nous voici face à lui, sur la scène Hiver, chaud bouillant. Len Faki donne tout une fois tous les 3 mois, et ce coup-ci sa tracklist était top, et son set a tout arraché ! C’est la guerre là-dedans. On a rarement vu ça. Tellement chaud qu’on a dû aller se rafraîchir dans le bar de glace Skoll à -15 degrés. Ça fait du bien.

Puis, un tour voir l’anglais Blawan, dans la sombre scène Automne, qui envoyait du 130 BPM sans cligner un sourcil. C’est cool, mais ça manque clairement d’ambiance du côté du public. Et puis Kern Space Adventures et surtout Hessle Audio, le projet à six mains de Ben U.FO, avec Pearson Sound et Pangaea va débuter. Sans doute l’un des plus beaux moments du Weather. Les 3 artistes ont multiplié les pépites sans cligner de l’oeil. Propre.

Baudelaire disait : Souviens-toi que le Temps est un joueur avide, qui gagne sans tricher, à tous les coups, c’est la loi. Et il n’a jamais eu autant raison. Il est désormais plus de 22h30, il ne nous reste plus qu’à finir en beauté avec Richie Hawtin. Le canadien a transmis une énergie incroyable au public complètement déchaîné. La performance de Richie, en compagnie de sa nouvelle table de mixage Model 1 dont il fait la promotion en ce moment, a fait plaisir. Honnêtement, on n’avait rarement vu ça. Mais arrive l’heure fatidique, minuit. C’est terminé. Les milliers de personnes présentes ont bien tenté de demander une dernière track, mais Plastikman est monté sur les platines, comme à son habitude, puis a fermé son PC, synonyme de fin du game. On en a pris plein la tronche et il est temps de rentrer.

La track du festival : Acid Pauli Nana (Pampa Records)

Jouée le vendredi soir par Dixon sur la scène Printemps, puis entendue sur 3 scènes différentes le samedi dimanche.

Les claques du festival : Hessle Audio, Len Faki, Richie Hawtin

Un reproche ?

Le prix des consommations. Les grands groupes brassicoles se battent chaque année pour être représentés en exclusivité au Weather Festival…. Carlsberg, Heineken et les autres doivent certainement proposer des tarifs minis aux orgas, alors soyez sympa, et baissez d’un euro ou deux le prix de vos pintes. :)

On retiendra également l’organisation impeccable, la programmation qui nous a plus que fait rêver, et toutes les personnes très cool qu’on a rencontré. Vivement l’année prochaine.

>> Abonnez-vous sur Snapchat pour suivre les festivals comme si vous y étiez.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !