Interview : On a rencontré le producteur techno de légende DJ ESP aka Woody McBride

Rencontre avec DJ ESP, un chaman des platines

Woody McBride aka DJ ESP est un producteur et DJ légendaire capable de jouer techno, house, acid ou même deep house. Il est également producteur de trip-house, promoteur, managers d’une douzaine de labels… C’est un artiste à part entière, emprunt de philosophie, qui fait évoluer les mentalités depuis 1992.

Woody McBride
Woody McBride

1. Woody, quelle est ta philosophie de vie ?

Soyez poétique, charmant, romantique et musical • Travaillez dur • Donner vous à fond • Aimez ceux qui vous sont proches • Célébrez ceux que vous avez apprécié rencontrer dans vos voyages.

2. Comment t’es tu retrouvé à travailler dans le monde de la musique ?

Mon premier DJ Set remonte à l’époque du lycée, dans ma ville natale de Bismarck, au Dakota du Nord. C’était en 1987. Je me souviens d’un mélange sauvage de 80 musiques électroniques, post-punk, funk et indie-rock. Je n’ai pas mixé mes tracks, j’ai juste utilisé le cross fader.

Je n’étais pas un DJ de beat mix, puis quelques temps après cette première expérience, j’ai eu la chance de trouver un emploi au magasin de disques le plus cool de Minneapolis, ce qui m’a permis d’avoir l’opportunité de pouvoir jouer aux cotés du DJ légendaire du Minnesota, Kevin Cole au cours de radio sur la station publique indépendante numéro 1 des États-Unis KEXP à Seattle.

Woody McBride
Woody McBride

3. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, tu es à la tête d’une douzaine de labels, tu pourrais nous citer quelques uns de tes meilleurs souvenirs ?

Premièrement, je dirais la rencontre avec ma femme, lors d’un event. Cela a changé ma vie. Grâce à notre passion, la musique, nous avons fait tellement ensemble.

Je suis également heureux de faire partie de cette nouvelle forme de musique dont on se souviendra pour toujours comme un catalyseur de l’égalité humaine et d’un changement vers un monde plus pacifique.

Certains me surnomment le Mozart de la musique 303

Je suis content d’avoir rencontré Hardfloor, Mike Dread, Hawtin, Ungle Fever Crew, Acid Junkies, Freddie Fresh, Stay Up Forever Crew, Mike Ink, Tyree, Daft Punk, Wink, Tim Taylor, Future, Essit Muzique, Aphex Twin, UR, Dr. Fernando, Laurent Garnier, Ferox, Misjah, Hoschi, Heckman, Emanuel Top, Rob Acid, Ege Bam Yasi. Tous ces artistes sont mes héros.

Je suis heureux d’avoir pu jouer à Paris

Je suis heureux d’avoir engrangé 1,5 million de Miles en ayant tellement voyagé, d’avoir pu jouer de la musique pour des gens adorables dans de nombreux pays, avec au passage de nombreuses bonnes soirées à Paris et dans toute la France !

J’aime aussi arriver à sourire à chaque moment de ma journée en pensant à tous mes amis et les fans, à cette superbe communauté.

J’ai eu la chance de visiter la France plus que n’importe quel autre endroit. Tellement que j’ai pu ressentir tout l’amour et la culture incroyable qui se dégage de ce pays. C’est maintenant ma deuxième maison. Merci pour tout (et en français, NDLR).

La France, ma deuxième maison, merci pour tout 

4. Le monde est souvent triste, quels sentiments cela te procure-t’il  lorsque tu joues un disque et que tu voyez les gens danser, être heureux?

C’est dans ma vraie nature d’essayer de rendre les gens heureux, les voir ensemble, amplifier leur bonheur, qu’ils oublient leurs problèmes.

5. Comment a évolué le monde la rave depuis ses débuts ?

Ce monde a toujours été génial. Ce monde combat combat la corruption et promeut l’amour.

6. Tu t’éclates toujours autant lors d’un set ?

Toujours. En 1988, dans ma petite ville natale, Metallica est venu en ville et a joué devant 200 personnes – mais ils jouaient avec le plus profond de leur âme tant et si bien qu’on croyait qu’il jouait devant 200 000 personnes. J’essaye de faire la même chose lors de chaque set.

7. Tu reviens en concert prochainement en France pour une tournée, quelles sont tes dates ?

Nous ferons autant de dates en France que possible en 2018. Prochaine date à Bordeaux le 31 mars. En avril et mai mes dates ne sont pas encore annoncées. Je serais à Montpellier le 30 juin, et festival Son Libre le 28 juin en compagnie d’Oliver Hunteman & Reinier Zonneveld / Julian Jewel ou encore Marco Bailey.

8. Quelles sont tes passions en dehors de la musique ?

J’aime tellement passer du temps en famille, faire des balades en montagne ou en VTT, j’aime aussi organiser et participer à des évènements cool, que ça soit des events musicaux, ou bien autour du théâtre ou de la gastronomie, deux autres de mes passions.

Les sons de la Rolland TB 303 peuvent sembler antiques – mais pour les nouveaux, ces sons sont frais et radicaux

9. Tes prochains projets ?

Je bosse sur notre label Communiqué Records, que l’on a relancé grâce à Beatport et FineTunes. J’ai sorti pas mal de tracks en tant que DJ ESP sur ce label mais j’aspire aussi à ressortir pas mal de remasteriser certains sons de grands artistes sur ce label. (comme DJ Hyperactive, par exemple NDLR)

10. Avec d’autres artistes (Kink par exemple) tu es un militant anti-drogue, quel message fais-tu passer aux gens ?

Oui. Nous sommes tous à la découverte de nous-même, mais il y a d’autres façons pour se découvrir. Nous sommes là pour aider quand il est temps d’aller de l’avant.

11. Les tonalités acid des années 90 reviennent dans les prods, les tracks acid des années 90 se jouent aussi en club ou en festival, pensez-vous que les nouvelles générations veulent du changement et reviennent aux bases ?

Pour ceux qui le savent, les bruits acides de la TB 303 peuvent sembler antiques – mais pour les nouveaux, ces sons sont frais et radicaux. Cela dit, ce son est intemporel – comme lorsque les Beatles utilisaient un Sitar, ou qu’ ACDC utilisait une cornemuse – il en est de même pour le TB303 – c’est un instrument de téléportation et il le sera toujours.

12. Un artiste ou un label que tu as diggé récemment ?

Moonrocks et Frankie Bones.

Pour aller plus loin //

RA

Communiqué Records

Facebook

 

 

 

 

 

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !