On a posé quelques questions aux fondateurs du Klassified Music Festival

Le Klassified Music Festival prend ses quartiers les 21 & 22 juillet 2018 à l’Oppidum du Col d’Eze. Fondé par Julien et Thomas, que nous avons rencontré, le festival présente une nouvelle vision de la fête en France : faire la fête en plein air, en journée, en combinant musique down tempo ou deep house, tout en rassemblant les festivaliers autour du vivre ensemble et du bien être.  
Après le succès de la première édition, qu’attendez-vous du prochain Klassified Music Festival ?
 
Ce festival sera complètement différent de celui de l’année dernière vu qu’il sera en plein air et durant la journée seulement. Le concept sera le même, combiner la musique au bien être et l’art, mais le lieu d’y prêtera plus. Le lieu étant plus grand, nous attendons plus de monde et avons aussi pu créer de nombreux endroits tel qu’un mini ‘souk’, des tentes pour se reposer et aussi une deuxième scène. Il y a donc encore plus d’artistes dont beaucoup de la scène locale.
Quels ont été les retours du premier event ? Qu’allez-vous proposer d’encore plus poussé que lors de la première édition ? A quoi doit-on s’attendre ? 
 
Les retours du premier event étaient très positifs et nous avons réussi à proposer une manière différente de faire la fête sur la Côte. Cette année, nous allons encore plus loin et plus grand et nous sommes beaucoup inspirés de nos voyages à Tulum ou encore Afrikaburn. Nous proposons encore plus d’activité spirituelle, tel que des cérémonies de cacao, plus de shops, plus de food trucks, une décoration vraiment orientée sur le bois, la palette et le recyclage et plus de deejays internationaux qui font danser les foules de Mykonos, Ibiza, Tulum ou Burning Man. On vous conseille de vous attendre à rien et de voulait laisser surprendre.
Comment avez-vous réussi avec succès développer un festival mais aussi des soirées électro à Monaco, une ville pas forcement connue pour être underground ?
 
Avec de la patience et de la passion. Notre premier événement à Monaco était en 2013, mais nous avions la plupart de nos événement aux Pays-Bas. Puis au fil des années, une communauté s’est créé sur la Côte d’Azur et a grandi petit à petit. 
Vous a-t-on mis des bâtons dans les roues ?
Non, bien au contraire. On nous a beaucoup aidé et nous sommes vraiment chanceux d’avoir ce soutien continu.
Rappelez un peu à nos lecteurs ce qu’est Klassified. Quels sont vos valeurs ? 
 
Klassified est à la base un collectif de deejays organisant des soirées sur les plages de La Haye, aux Pays Bas. Puis la marque s’est exporté dans l’Europe et s’est transformé en Maison de Disque. Klassified est désormais une communauté d’artistes, musiciens et personnes spirituelles qui partagent un même amour pour la musique, la vie, l’art et la nature.
Klassified regroupe de nombreux artistes de renommée internationale dans leur label, organise un festival annuel à Eze et de nombreux événements en France, Pays-Bas, Londres et aussi en Asie.
Qui sont les petits nouveaux du label Klassified Music ?
Nous avons fondé Klassified avec nos amis RAMMÖ, puis de nouveaux talents se sont joints tels que le Berlinois Sam Shure de Stil Vor Talent et les Hollandais Joep Mencke, Mâhfoud et Rancido d’Innervisions.
Puis sur le label, de gros artistes ont sorti des morceaux sur Klassified tel que Jonas Saalbach, Budakid, KMLN, Just Emma, Jon Charnis, BONDI et beaucoup d’autres.
En tant que Parrallells, vous vous êtes produits en France et Europe cette année ? Quels sont les enseignements que vous avez appris en vous exportant ?
 
Nous avons beaucoup voyagé cette année hors Europe tel qu’au Mexique, en Afrique du Sud, à New York ou encore en Tunisie ce qui nous a permis d’être inspirés par des cultures complètement différentes des nôtres. L’Afrikaburn a vraiment été une grande inspiration pour nous, ou l’on appris à valoriser le partage et l’altruisme. Le fait qu’il n’y ait aucune monnaie sur ce festival en plein desert, et que plus de 10,000 personnes partagent leur savoir faire dans un desert et s’entraident nous a beaucoup surpris.
Klassified Music Festival 2018
Klassified Music Festival 2018
Quels sont les events que vous produisez toute l’année ?
 
Le Klassified Music Festival à Eze est notre plus grosse production. Nous avons récemment commencer des événements à Bali aussi, ou RAMMÖ est maintenant basé. Puis nous avons de nombreux petits events sur la Côte d’Azur, une ‘Release Party’ durant Amsterdam Dance Event.
Vous seriez intéressés pour produire des events partout en France ?
 
Bien entendu, la scène Française est en plein expansion et il n’y a pas encore beaucoup d’événement de notre style.
Dans 5 ans, vous vous voyez où ? Et où voyez vous KM ? Et Parrallells ?
On ne se projette pas autant. Je pense qu’on a créé une bonne base avec une marque de Festival, une maison de disque, une agence de booking et une belle communauté. Maintenant, on va continuer à grandir cette base avec tout notre coeur en Europe et l’implanter dans d’autres continents. On fais nos débuts en Asie et espère partager nos valeurs dans le plus de pays possible.
Et pareillement pour Parallells, nous avons récemment annoncé notre live set qu’on va améliorer d’années après années et exporter dans le plus de pays possible. D’ici 5 ans, de nombreux album seront sortis et on espère créer une emprunte musicale propre à Klassified Records.
Mobilee, Einkmusik, ou Get Physical cette année, Innervisions ou encore Dynamic Get Physical ou Kattermuke l’an dernier, Klassified Music Festival c’est un festival deep house à 120 BPM ?
 
Nous avons deux scènes cette année avec une scène principale plus dansant et deep house entre 115 et 125 BPM. Puis une deuxième scène avec une décoration plus ethnique avec de la musique plus lente de 100 a 115 BPM.
Plus d’infos et renseignements sur le festival :
Leur site Internet à consulter ici
L’event sur Facebook 
Pour vous procurer la compilation volume 1 du label

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !