Comment j’ai passé 3 jours de canicule, au Hideout Festival

Tout d’abord, je tiens à remercier l’organisation du Hideout Festival pour nous avoir permis de réaliser ce reportage. Une interview du fondateur va suivre.

Crédit: Hideout Festival by Gary Brown

La saison des festivals est ouverte !

C’est un fait: la saison des festivals est officiellement ouverte et vous n’en pouvez plus de scroller ces innombrables Instagram stories de personnes criants sur du ASAP Rocky ou du Spice Girls, avec stroboscope aveuglant en fond.

Vous l’aurez compris, c’est l’été, et pas de meilleur endroit qu’un festival en Croatie pour montrer à la planète entière, votre summer body (vous avez payé la gym membership quand même). C’est pourquoi mon stagiaire Allemand JEAN FILE et moi-même, se sommes rendus au Hideout festival (1er au 5 juillet), sur la plage de ZRCE (en gros, un Ibiza en moins chic), pour voir ce qu’il se passe de l’autre côté de la mer. Et pour être très honnêtes, nous sommes restés scotchés. 


Credit: Hideout Festoval

DAY 1 : La découverte d’un nouveau monde 

Avant de commencer les hostilités, je tiens à préciser que je suis une « raveuse, techno lover du Bronx » et plus habituée aux soirées sombres Berlinoises, un style tout à fait différent du Hideout festival. Décidant de changer mes habitudes et d’explorer la scène britannique électronique, qui est devenue beaucoup plus mainstream ces dernières années, me confiait le co-fondateur du festival.

Hideout fêtait ses 10 ans, et c’est exceptionnel lorsque l’on sait que les organisateurs de festivals se battent avec des passoires pour juste rentabiliser leurs coûts. Cependant, grâce à un lineup de qualité 5 étoiles, une location avec 6 nightsclubs, des activités nautiques (comme au Club Med), et des festivaliers super “friendly”, le Hideout fait la différence et jouit d’une renommé internationale. Et ils en attirent du monde, par toutatis ! Mais c’est quoi au juste le Hideout ? CHUT, tu vas bientôt le savoir

Crédit : Hideout Festival

DAY 2 : La musique dans la peau 

La programmation était basée sur les artistes “HOT” du moment. Camelphat est le DJ que l’on a le plus vu et le plus retenu. Claptone: Armé de son masque vénitien, avec un calme de professeur de Yoga exemplaire, a réalisé un set de l’espace. Si bien que notre stagiaire Jean File, en avait les larmes aux yeux. Fisher, un véritable fou, mais dans le bon sens du terme. Le DJ Ben Sterling est la belle découverte du festival. Un set endiablé et une énergie rare à voir. Bien sûr, Richy Ahmed qui n’était pas là pour compter les mouches, a mixé pendant 2 jours durant. Un beau record et merci. Et le petit prodige Australien que l’on voit sur tous les festivals depuis trois ans: Mall Grab, a mis le feu aux poudres. Une explosion de pur bonheur.

Le son que l’on a le plus entendu ? Patrick Topping (non présent) mais remisé à toutes les sauces. Entendu 6 fois en une nuit. Patrick tu étais la guest star de ce festival !


alt:"hideout-festival-report-photo-best-pictures-pic-google-wordpress-800*500
Hideout Festival par Hideout Festival Photo DR

Keep your clothes on

IL FAIT CHAUD. (ha ça oui, vous l’aurez compris, mais je le répète encore une fois, auquel cas vous habiteriez au Pole Nord). Et il faisait d’autant plus chaud cette semaine là, car, les britanniques sans doute habitués au temps pluvieux, étaient ravis de pouvoir se promener en maillots de bains all day, all night long.

A la vue du constant défilé Victoria Secret du bled (starter pack ci-contre), les autorités locales Croates, se sont vues dans l’obligation d’afficher dans toute la ville “Keep your clothes on”, sous peine d’une amende de 100 euros. La bikini beach police fait son grand retour, et on en a vu du mauvais style.

Après avoir discuté avec les locaux, ils trouvaient les tenues un peu osées, mais bon de nos jours, il faut juste aller sur Instagram pour ne pas “keep tes habits on”. Le point positif? Pas besoin d’être un top model pour porter un bikini ou un short Speedo, donc ça faisait vraiment plaisir à voir, et à entendre. Après avoir parlé avec des touristes, qui nous on dit que les festivaliers ressemblaient à des “Wanna be Coachella”. Jean File a limite fait un malaise. Il est vrai que je n’avais jamais vu autant d’abdos et de fessiers en 72 heures.

Keep your clothes on


Crédit : Hideout Festival by MANC photo

L’expérience sociale

ZE social experiment : On a scale of 1 to 10, how do you like Hideout festival? 

Jean File et moi-même avons mené une experience sociale sur plus de 200 personnes, enquête sponsorisée par la NASA et Jeff Bezos. Tous les Britanniques nous ont répondu que le festival était un 20/10, 10/10. Enfin bref, l’avis était unanime. Par contre, certains festivaliers venus d’autres contrées (France, Allemagne, Australie); avaient des avis mitigés. Mais bon, on ne peut pas plaire à tout le monde, comme le disait ma Grand-mère Gertrude.

Crédit: Hideout Festival by Gemma Parker

ZE LAST DAY BEFORE ZE END 

Cette année, pas de baston. Les festivaliers n’ont pas décidé de finir le festival en apothéose en mode « 300, The Movie » ou « Spartacus Le Retour », en se battant avec les videurs. On était très très surpris de voir à quel point la violence était absente comme a pu nous le confirmer, les habitants de Novalja les qualifiant de “disciplinés” comparés aux années précédentes, ou autres festivaliers qui vont au SONUS le mois prochain.

Make sustainability great again

Petit shout out aux boites de nuits: la plupart des ballons à hélium finissent dans l’eau et c’est dommage. Respectez les lieux ! Il serait peut-être bien de lancer une initiative « sustainable » où les déchets de soirées pourrait être récoltés et recyclés.

Container photo illustration Pixabay Photo DR
Container photo illustration Pixabay Photo DR


Toutes les images appartiennent à Hideout Festival


Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !