Reactivate : « Lyon is Hardcore » ! l’interview spéciale

Par Thibault Ulysse Comte (Enimatek27)

La rédaction a interviewé le duo Tekno Reactivate avant leur live intitulé « Lyon is Hardcore » lors de la prochaine Born To Rave dans leur ville d’origine !

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre duo « Reactivate » sur Lyon et votre live « Lyon is hardcore » que vous proposez au Born to Rave »? 

En trois mots , ON EST PRÊTS ! 

C’est notre deuxième date pour l’événement BORN TO RAVE , après un set monstrueux l’an dernier, qui d’ailleurs comptabilise plus de 3000 écoutes sur Soundcloud.

On a voulu faire un show vraiment hors du commun , avec notamment deux danseurs (gabbers). Il y a une femme, Ornella, qui nous soutient depuis le début et avec qui on a tourné le clip “Gabba Syndrome Lyon”. Mais aussi un homme, Edgar aka EDX danseur professionnel. Autodidacte, Edgar danse le hakken depuis 2012. Il est devenu champion du monde 2019 de Jumpstyle, et membre de “La Horde” !

alt="lyon-is-hardcore-reactivate-born-to-rave"
Reactivate, le duo Tekno, à la Born to Rave en 2019

On sera accompagné également d’un MC pour assurer encore mieux le show ! Soyez prêts , on est BOUILLANTS ! 

Qui êtes vous ? Depuis combien de temps êtes-vous dans le son ?

Avant de créer le duo REACTIVATE , nous n’étions qu’en versus sur scène V-Tal Noize (Valentin) vs Thrône (Alexis). On était tous les deux membres de SYMPHONIUM PRODUCTION, après plusieurs sets qui ont clairement déchainé le public , nous avons décidé de former un duo nommé REACTIVATE.

Notre duo est basé sur un style Old School ( Gabber , Early , Millenium etc..) ainsi que new school, pour un mélange maximal entre le coté sauvage que le coté oldschool, accompagné des nouvelles techniques de productions qui existent aujourd’hui. 

Cela fait environ un an et demi qu’on se produit en club, ( Usine, Titan, Xses, Bellona …) puis dans différentes villes comme Toulouse, Nimes…. Ou même en station de ski, comme à Valmorel pour l’E-Wax Festival. Côté festival on a déjà fait le Born To Rave 2019, puis maintenant on est booké sur le 2020 … Un bon début pour nous deux. On prépare aussi un EP avec des tracks solo et des collab’ de prévu avec Wildphaser. Mais aussi avec le duo Streiks & Kratch… Bref, une année chargée ! 

Pourquoi mettre la ville de Lyon à l’honneur ? 

Lyon c’est notre ville, on y est extrêmement attachés !

Aha, Lyon c’est notre ville, on y est extrêmement attachés ! En tant qu’artiste, en tant qu’orga, en tant qu’habitant de la métropole, supporters,  Lyon a une place toute particulière dans nos coeurs. Le public lyonnais nous a tout donné et nous sommes plus que jamais fiers de porter les couleurs Lyonnaises, et ça ne changera jamais. 


Vous jouez en soirées légales, en raves – avez-vous déjà joué en Free Party? Que pensez-vous du milieu de la rave party en Rhône Alpes ? 

Nous n’avons rien contre les Free Party au contraire , tant que tout ça reste dans le respect , le plaisir du son etc etc … Il y a une période pour tout. Aujourd’hui nous nous en sommes éloignés pour des raisons personnelles.  Nous avons chacun testé les Free, fait quelques dates de nos cotés respectifs  mais jamais joué sous le nom Reactivate dans ce contexte ! 

La free reste un mouvement à part, et nous respectons les Sound qui se bougent pour faire vivre des nuits hors du temps à des milliers de personnes à travers la région et la France chaque week end. Néanmoins, prenez soin de vous, c’est tout ce qui compte. 

Dans le milieu Hardcore – Free Party, on le voit par le clip « Gabbertime is anytime » il y a une place pour la danse et l’humour malgré une musique énervée ? Pourquoi un tel désir de se déchainer, de s’évader ? 

La danse fait partie intégrante de chaque culture musicale, et ce, depuis la nuit des temps. Chaque mouvement s’exprime de différentes manières, mais ce qui nous réunit tous c’est que la musique nous fait vibrer, nous emporte loin. 

Le Hardcore est un mouvement sauvage, (…) mais il nous « purifie »

Dans le Hardcore, la danse a une place très importante. de multiples manières de danser existent, à travers le hakken Italien, allemand, hollandais, oldschool … Pour nous, un bon danseur est un danseur qui a les bases et qui ensuite évolue selon son envie. Il n’y a pas de danse parfaite, pas de danse pré-définie, danser c’est propre à chacun, tant qu’on profite c’est le principal. 

Certains dansent de manière agressive, d’autres de manière plus légère, ce qui est sûr c’est que tout le monde dégage un sourire qui veut tout dire. Evidemment, le Hardcore est un mouvement sauvage, mais dans un certain sens, c’est un mouvement Catharsis. C’est à dire qu’il nous “purifie” entre guillemet.

En tant que festivalier, quand on sort d’une soirée Hardcore, on est congestionné (rires NDLR), mais surtout calme, apaisé, heureux. On a évacué tout ce qu’on avait à évacuer et c’est vraiment une sensation incroyable.  En tant qu’artiste, c’est aussi la même chose.

Nul doute que l’on va se décongestionner ce samedi 18 janvier au Double Mixte à Lyon.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !