Interview : The Outside Agency, Masters of Hardcore

Par Thibault Ulysse Comte (Enimatek27)

1/ You propose, through your personal projects (Eye-D and DJ Hidden), as well as through your collective project and your label (Genosha Recordings) a real panel of musical expressions (Hardcore, ranging from hardcore house to experimental hardcore, drum and bass). Can you tell us more about your musical attractions and these different projects?

The first label we started as The Outside Agency is called Genosha Recordings. This label features lots of our own music, a blend of experimental hardcore and genres such as IDM. When our blend of hardcore and drum & bass increased in popularity, we decided to dedicate a sub-label to these particular efforts and Genosha One Seven Five was born.

We decided to call this genre-fused concoction ‘crossbreed’ because we wanted to see if we could influence other people to start using it. And so a new genre was born. We have always been interested in other genres as listening to just one musical style can become quite boring and when you listen to lots of different music, your own material is bound to become influenced by it. 

alt="the outside agency hardcore music "
The Outside Agency rois du hardcore

Vous présentez, par vos projets personnels (Eye-D et DJ Hidden), ainsi que par votre projet collectif et votre label (Genosha Recording) un véritable panel d’expressions musicales (Hardcore, allant de la harcore house à la hardcore expérimentale, la drum and bass). Pouvez-vous nous en dire plus sur vos attirances musicales et ces différents projets?

Le premier label que nous avons lancé sous le nom de The Outside Agency s’appelle Genosha Recordings. Ce label propose beaucoup de notre propre musique, un mélange de hardcore expérimental et de genres tels que l’IDM. Quand notre mélange de hardcore et de drum & bass a gagné en popularité, nous avons décidé de dédier un sous-label à ces efforts particuliers et Genosha One Seven Five est né.

Aux Pays-Bas, la scène de la musique électronique a moins mauvaise réputation parce qu’elle est acceptée par la société, les médias et le gouvernement

The Outside Agency

Nous avons décidé d’appeler ce mélange de genres  » crossbreed  » parce que nous voulions voir si nous pouvions influencer d’autres personnes à l’utiliser. C’est ainsi qu’un nouveau genre est né. Nous avons toujours été intéressés par d’autres genres car écouter un seul style musical peut devenir assez ennuyeux et quand tu écoutes beaucoup de musiques différentes, ton propre matériel est forcément influencé par celui-ci.

 2/ So, you are producers as well as creators, how do you reconcile these two facets? 

For us, there is no difference between producing and creating. The two are inseparably linked and when we work on music, we work on all elements at the same time, structure, sound design and mixing all blend together until a new piece of music is born.

Vous êtes donc producteurs autant que créateurs, comment concilie-t-on ces deux facettes? 

Pour nous, il n’y a pas de différence entre produire et créer. Les deux sont inséparablement liés et lorsque nous travaillons sur la musique, nous travaillons tous les éléments en même temps, la structure, le design sonore et le mixage se mélangent jusqu’à ce qu’une nouvelle pièce de musique naisse.

3/ You alternate between several genres, it seems to be a mistake to only compartmentalize yourself in hardcore. « DMT » proposes an acid-core (tekno) universe in the line of the Free Party while « Shadow Circle » reveals your attraction for hardcore. What is the link between hardcore, acid, drum and bass?

We have never felt the need to separate any genres. We have been releasing music since 1996, so the hardcore that we grew up on was already extremely varied. The thing we love about hardcore is that it is still such an extremely diverse genre today. Taking on a new electronic genre can be an interesting challenge as a producer. Incorporating elements from other sides of this musical landscape enables you to create a more diverse sound.

Vous alternez entre plusieurs genres, vous cloisonner seulement au hardcore semble une erreur. « DMT » propose un univers acid-core (tekno) dans la ligne de la Free Party tandis que « Shadow Circle » dévoile votre attirance pour le hardcore. Quel lien entre la hardcore, l’acid, la drum and bass?

Nous n’avons jamais ressenti le besoin de séparer les genres. Nous sortons de la musique depuis 1996, donc le hardcore sur lequel nous avons grandi était déjà extrêmement varié. Ce que nous aimons dans le hardcore, c’est qu’il est encore aujourd’hui un genre extrêmement varié. S’attaquer à un nouveau genre électronique peut être un défi intéressant en tant que producteur. Incorporer des éléments d’autres côtés de ce paysage musical permet de créer un son plus diversifié.

4/ You play at festivals, raves (you have posted promo videos for raves in Moscow), have you ever played at a « Free Party » or a « Teknival »? What do you think of this desire for freedom that has been taking over the musical world since Spiral Tribe?


Electronic dance music as a whole comes from the desire to break free from the norm so it is not surprising that, despite the many changes it has gone through since its inception, there are still lots of people who feel that particular urge. We have played at a few free parties and we are good friends with a few different sound systems, but it doesn’t happen very often.

Vous jouez en festival, en rave (vous avez posté des vidéos de « promo » pour des raves à Moscou), avez-vous déjà joué en « Free Party », « Teknival »? Que pensez-vous de ce désir de liberté qui s’empare du monde musical depuis Spiral Tribe?

La musique de danse électronique dans son ensemble provient du désir de se libérer de la norme, il n’est donc pas surprenant que, malgré les nombreux changements qu’elle a subis depuis sa création, il y ait encore beaucoup de gens qui ressentent ce besoin particulier. Nous avons joué dans quelques soirées free et avec quelques sound systems différents, de belles relations amicales, mais cela n’arrive pas très souvent.

5/ Your « Bass Music » projects (Eye-D and DJ Hidden) propose an alternation between very fast beats and a bassline that encompasses the song. Isn’t there a will, today, for a sound destructuring of the rhythm in drum and bass, while keeping a melody? 


Sometimes our music is based around a more classic musical narrative while at other times it can break free from these regulations. We do not feel that we need to do one thing or the other, but we preferably just write the music we want to write, when we want to write it. Music in essence is organized sound and as we incorporate anything we like into what we do, we already feel we are moving freely in our musical waters.

Vos projets « Bass Music » (Eye-D et DJ Hidden) proposent une alternance entre des battements très rapides et une ligne de basse qui englobe le morceau. N’y a-t-il pas une volonté, aujourd’hui, d’une déstructuration sonore dans la drum and bass?

Parfois, notre musique est basée sur une narration musicale plus classique alors qu’à d’autres moments, elle peut s’affranchir de ces règles. Nous ne ressentons pas le besoin de faire une chose ou l’autre, mais nous préférons écrire la musique que nous voulons écrire, quand nous voulons l’écrire.

La musique par essence est un son organisé et comme nous incorporons tout ce que nous aimons dans ce que nous faisons, nous avons déjà l’impression de bouger librement dans nos eaux musicales.

6/ In France, several bills are trying to overthrow the Free Party movement, and recent events (the death of Steve during a police intervention, for example) show a hardening of society towards these movements (Hardcore, Trance, Acid, Tekno, Rave, Free). What do you think about this? What is the situation in the Netherlands?

The Netherlands has always been at the forefront of electronic dance music. A lot of internationally recognized concepts started here and the scene has been and still is thriving. There has been less of a need for free parties as a counter-movement towards conventional music yet these events also have their place. If society is rejecting movements that advocate music as escapism, the only reason it does is that the media is painting a distorted picture.

Also, in the Netherlands, a lot of electronic dance music has been commercialized and can, therefore, be taxed. Consequently, the electronic dance scene has less of a bad reputation because it is accepted by society, the media, and the government. Free parties in the Netherlands have been able to benefit from this as Dutch society does not condemn them. 

En France, plusieurs projets de lois tentent de renverser le mouvement Free Party, et les derniers événements (Steve, par exemple) montre un durcissement de la société envers ces mouvements (Hardcore, Trance, Acid, Tekno, Rave, Free). Qu’en pensez-vous? Qu’en est-il aux Pays-Bas?

Les Pays-Bas ont toujours été à l’avant-garde de la musique électronique. Beaucoup de concepts reconnus internationalement ont vu le jour ici et la scène a été et est toujours florissante. Il y a eu moins de besoin de fêtes gratuites comme contre-mouvement à la musique conventionnelle mais ces événements ont aussi leur place.

Si la société rejette les mouvements qui prônent la musique comme moyen d’évasion, c’est uniquement parce que les médias brossent un tableau déformé. En outre, aux Pays-Bas, beaucoup de musiques électroniques ont été commercialisée et peut donc être taxée.

Par conséquent, la scène de musique électronique a moins mauvaise réputation parce qu’elle est acceptée par la société, les médias et le gouvernement. Les Free Party aux Pays-Bas ont pu en profiter, car la société néerlandaise ne les condamne pas. 


7/ In the 2000s, after fleeing England, the Spiral Tribe chanted the slogan « Free Party, Free Music for Free People », what do you think? Is it a music or revolt (ravolution)? 


People’s definitions of freedom widely vary. While some people might immediately have a desire to associate the music they dance to at parties to their particular version of freedom, others might solely consider it the soundtrack to their weekend plans without any other thinking involved. 

Dans les années 2000, les Spiral Tribe scandaient le slogan « Free Party, Free Music for Free People », qu’en pensez-vous? Est-ce une musique de la révolte?

Les définitions de la liberté varient beaucoup d’une personne à l’autre. Alors que certaines personnes peuvent immédiatement vouloir associer la musique sur laquelle elles dansent lors de fêtes à leur version particulière de la liberté, d’autres peuvent la considérer uniquement comme la bande sonore de leurs plans de fin de semaine sans autre réflexion. 

8/ What are you preparing for the future? 

We are putting out a new Genosha One Seven Five this month and we have already finished material for new Genosha Recordings releases, a new PRSPCT XTRM release and several remixes. We are also releasing some music by other artists.

Que préparez-vous pour l’avenir? 

Nous sortons un nouveau Genosha One Seven Five ce mois-ci et nous avons déjà terminé le matériel pour les nouvelles sorties de Genosha Recordings, une nouvelle sortie de PRSPCT XTRM et plusieurs remixs. Nous publions également de la musique d’autres artistes.

9/ What would you like to say to the young generation interested in this musical genre, and to those who produce music?


One of the most important freedoms we possess is the freedom of expression. In our opinion, this is what you should strive for regardless of whether you are dancing at a party, you are spinning records or you are actually organizing sounds yourself into structures that could be perceived as music.

When you do so, be free in how you do this. Do not copy others but instead, try to learn from them if you feel like you can… and create your own style and vision. Be open to any outside influence but simultaneously create your own unique world.

Que voudriez-vous dire à la jeune génération intéressée par ce genre musical, et à ceux qui produisent de la musique?

L’une des libertés les plus importantes que nous possédons est la liberté d’expression. À notre avis, c’est ce à quoi vous devriez aspirer, peu importe si vous dansez à une fête, si vous faites tourner des disques ou si vous organisez vous-même des sons en structures qui pourraient être perçues comme de la musique.

Quand vous le faites, soyez libre dans la façon dont vous le faites. Ne copiez pas les autres, mais essayez plutôt d’apprendre d’eux si vous sentez que vous pouvez… et créez votre propre style et votre propre vision. Soyez ouvert à toute influence extérieure mais créez simultanément votre propre monde unique.

Retrouvez The Outside Agency à la Born to Rave ce samedi 18 janvier au Double Mixte à Lyon.




Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !