Beauté Mer, le livre de Ben Thouard qui fait rêver les surfeurs

alt/benthouardbeautémer
Beauté Mer livre National Geographic Crédit Photo Ben Thouard
alt/benthouardbeautémer
Beauté Mer livre National Geographic Crédit Photo Ben Thouard

Le photographe Ben Thouard, avec des textes d’Oliver Le Carrer, publie un sublime ouvrage intitulé Beauté Mer aux éditions National Geographic. Ben Thouard, passionné de surf installé à Tahiti, rend hommage aux océans en regroupant 360 photos d’une beauté absolue. Nous lui avons posé quelques questions.

alt/benthouardbeautémer
I called this image ANIMAL because it made me think about a wild beast roaring from the ocean. The storm coming in the back definitely made this moment unique. And theses moments are what i live for ! @benthouard #surfacethebook

Beauté Mer, c’est une déclaration d’amour, un témoignage aux océans ?

Oui c est un peu ça , c est un livre qui retrace toute ma vie de passionné de mer ! Depuis ma plus grande enfance à naviguer sur la bateau de mon père jusqu’à ces 10 dernières années passées à explorer les eaux tahitiennes. C’est à la fois une passion pour les vagues et la matière de l’eau autant qu’une fascination pour le mouvement artistique de l’élément.

Comment l’homme a-t-il développé des affinités avec la mer? Les français vivent-ils en communauté avec les océans ?

La France est un pays très connecté avec l’océan avec des kilomètres de cotes immenses, la France compte d’ailleurs de très nombreux marins, pratiquants de sports nautiques …  plus quand dans beaucoup d’autres pays.

Mais pour répondre à la première partie de la question , l’homme a appris a connaitre l’océan et l’a d’abord utilisé pour se déplacer , explorer, faire du commerce avant de l’explorer pour son propre plaisir, soit de naviguer, surfer, pêcher …C’est au fil de nombreuses civilisation que cette relation s’est développée et construite .

Craignez-vous la mer ? Comment la considérez-vous ? Quelle est votre plus grande peur marine ou sous-marine ?

Je ne pense pas qu’on craigne vraiment la mer mais on la respecte ! On connait sa force , on sait qu’elle peut être rude et impardonnable voire sans pitié , on sait donc qu’il ne faut pas jouer avec elle. On apprend la connaitre et on se fait accepter.

La mer peut etre un milieu hostile mais tellement magique.

Sous l’eau , c est encore autre chose, l’homme entre dans un tout nouveau milieu auquel il n’appartient pas ! les règles de pesanteur et de pression sont complètement chamboulées. On vient à la rencontre d’une nouvelle faune sous marine et c est tout simplement fascinant !

Nous savons que la mer sera toujours plus forte que nous donc on apprend à faire partie de l’élément , de la respecter et de ne pas la combattre.

D’où viennent les photos de cet ouvrage ? Et sur quelle période ?

Les photos de cet ouvrage sont le résultat de mes 13 dernières années pendant lesquelles j’ai été photographe professionnel. Je suis basé à Tahiti ou j’ai pu exploré beaucoup le terme des vagues mais il y a aussi beaucoup de voyages autour du monde pendant lesquels j’ai eu la chance de pouvoir immortaliser des moments uniques autant en aérien qu’en sous marin.

Comment préparez-vous chacun de vos clichés ? Quel est votre secret pour prendre de telles photos sous-marines ?

C’est à la fois par surprise et parfois suite à une inspiration ou une imagination que je développe mes prises de vue ! Je dirais la plupart du temps par surprise parce que

La mer est imprévisible

Mais c est parfois aussi une photo a laquelle on a pensé pendant longtemps voir à laquelle on a rêvé , et il faut parfois des années pour arriver a retrouver les conditions météo pour pouvoir la faire 

Avec quel matériel (photos, plongée) travaillez-vous ?

Je travaille avec des boitiers et optiques Canon dans des caissons étanches. Ma particularité est que je prend la plus part de mes photos aquatiques à la nage !

Je trouve qu’on a un point de vue complètement différent quand on est a la surface de l’océan plutôt qu’assis sur un bateau même un seul mètre plus haut. La perspective est différente !

A quelles questions tentez-vous de répondre lorsque vous travaillez au fond des océans ?

A la base à aucune question en particulier mais comme tout le monde de ma génération, je prends conscience des problématiques auxquelles nous faisons face aujourd’hui. 

Pollution , particulièrement plastiques et particulièrement autour des océans … alors si je peux utiliser mon travail pour témoigner de la fragilité, délicatesse, et du coté unique et pur de nos océans et ainsi sensibiliser les gens dans le besoin que nous avons de les préserver alors j’en serai ravi !

Quand avez-vous commencé la photographie ? Quel est votre parcours ?

J’ai commencé la photo à l’âge de l’adolescence. J’ai découvert un vieil appareil de mon père a la maison, j’ai acheté quelques films et j’ai commencé a faire des images. Ça m’a tout de suite plu !

Très rapidement j’ai fait des images de surf , de vagues parce que c était ma grande passion. Je suis monté faire une école de photo à Paris (ICART) puis je me suis lancé avec un premier voyage à Hawaii, tout seul à 19 ans et ça a été le pied à l’étrier … Depuis ça ne s’est pas arrêté …

Comment vous est venue cette passion pour le surf ?

C est depuis tout jeune, avec mes deux grands frères, j’ai découvert le surf et c est tout de suite devenu une grande passion , voire une drogue ! et même un mode de vie. J’ai aujourd’hui besoin d’être dans l’eau plusieurs fois par semaines (surf ou photo) pour trouver le bon équilibre à ma vie.

Depuis combien de temps résidez-vous à Tahiti ?

Depuis dix ans. Un Premier voyage en 2007 puis je m’y installe en 2008.

Les plus belles vagues que tu n’as jamais surfé sont-elles à Teahupoo ?

Oui complètement, Teahupoo est un endroit unique au monde !

Le lieu que vous préfèrez pour shooter ?

Teahupoo, ou Tahiti, d’une manière générale, sans aucun doute.

Quelle est votre prochaine destination pour shooter ?

Je suis actuellement à Hawai , où j’ai passé beaucoup de temps dans mes débuts. Ça faisait quelques années que je n’y étais pas revenu mais je suis heureux d’y revenir et avec un œil peut-être différent !

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !