Alama, des bijoux engagés auprès des femmes Massaï

Bien plus qu’une énième marque, Alama tend à défendre une autre forme d’artisanat et surtout dans la continuité des mouvements de l’upcycling.

Le projet ALAMA  fait parler de lui en cette année 2018. Une marque, des bijoux, fondée par une équipe de passionnés et réalisés par les femmes d’un village en Afrique. Une véritable appropriation d’une culture par son peuple.

Lancé sur kickstarter ce mois de mars, Alama se veut devenir une marque de bijoux avec un fort univers et ADN, mais aussi avec un puissant engagement féministe. À l’heure des débats et des scandales à coup de #metoo, Alama et ces femmes Massaï s’unissent par leur volonté de promouvoir la culture et la région de Tanzani; à travers un bijou de fabrication artisanale qui est conçu pour les femmes et les hommes, afin de soutenir la culture et la science.

©Sarah Staiger

Dans la culture Massaï traditionnelle, les femmes sont à la tête du mouvement. Perles, jeux de couleurs et de formes, chaque structure de ces bijoux surprennent et imposent le respect devant tant de savoir-faire. Indiquant l’humeur du porteur, son statut social, son état matrimonial, son sexe et ses points de vue sur le guerrier. Dans ce contexte, les perles blanches sont un facteur de pureté, tandis que les perles vertes se distinguent par la prospérité et la santé.

Ces femmes africaines, qui composent Alama, sont les membres d’une famille unique issue d’une tribu africaine traditionnelle et pastorale des hauts plateaux de Tanzanie. Ces bijoux uniques sont vendus entre 95 et 350 euros, ce qui permet à ce peuple de percevoir près de trois fois le salaire local. Alors pour un véritable  »symbole », signification de Alama, et geste pour un meilleur futur il vous suffit de soutenir cette campagne juste ici.

 

 

©Alama

 

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !