Cette année, le Japon a tué, ni vu ni connu, 333 baleines au nom de la science

Le Japon massacre toujours autant de baleines…

Le Japon continue le massacre des baleines sous les yeux impassibles de la communauté internationale.

Baleines Flickr CC
Baleines Flickr CC

Les Japonais clament haut et fort qu’ils veulent «étudier le système écologique». Pour cela, ils n’ont pas hésité à tuer 333 baleines sur leurs eaux, ce qui n’a pas manqué de froisser les organisations de défense de l’environnement, ainsi que la Cour internationale de justice (CIJ). Mais que faire face à ce fléau ?

Des scientifiques mandatés par le Japon pour tuer des baleines

« Il s’agit d’un acte de cruauté obscène commis au nom de la science et qui doit cesser »

Une mission d’exploration partie en novembre dernier est revenue ce week end, faisant au passage un véritable massacre : 333 baleines tuées par ces individus partis en mission « scientifique ». Un prétexte tout trouvé, donc pour passer outre le moratoire sur le massacre des requins, en invoquant la recherche, mais qui ne satisfait pas tous le monde, notamment l’organisation américaine Sea Shepherd qui défend becs et ongles ces mammifères marins. L’organisation internationale IFAW (International Fund for Animal Welfare) explique qu’il est très facile de contourner la réglementation et que plusieurs pays, dont le Japon en tête, continuent de chasser la baleine pour sa chair.

«Chaque année où le Japon s’adonne à sa chasse à la baleine scientifique discréditée est une année de plus au cours de laquelle ces animaux merveilleux sont sacrifiés pour rien» explique la vice-présidente de l’organisation de protection des animaux Humane Society International ( Europe 1. )

Car il faut dire que cette mission n’avait pas grand chose de scientifique. Cinq bateaux, dont trois qui sont revenus vendredi dans le port de Shimonoseki, dans l’ouest du Japon. Une expédition qui ressemblait plus à une partie de pêche géante qu’une mission scientifique, comme l’explique Kitty Block, la vice-présidente de l’organisation de protection des animaux Humane Society International. Le Japon a négocié un quota global de 3.996 baleines tuées sur douze ans soumis à la Commission baleinière internationale (CBI). En effet, il existe une faille dans le moratoire de 1986 interdisant la chasse à la baleine, qui autorise des quotas pour la recherche scientifique, une faille exploitée par les Japonais, mais aussi les Islandais et les Norvégiens, comme l’explique cet article. Une honte pour les organisations en charge de préserver les baleines.

Comment étudier les baleines sans les tuer ?

Le Japon tue en moyenne 333 baleines par an. En 2016, ils avaient également respecté ces quotas, en tuant 333 baleines de Minke, une espèce protégée. Cependant, il est bon de rappeler qu’il n’est pas utile de tuer des baleines pour faire des études scientifiques, notamment en prélevant un peu de leur ADN. On utilise également des drones afin d’écouter, prélever ou filmer, et ainsi essayer d’en savoir plus sur les cétacés. La bioacoustique en milieu marin, comme l’explique cet article du Figaro, permet aussi d’en savoir plus sur ces incroyables mammifères. On peut également prélever leurs excréments. Toutes ces techniques permettent d’en savoir plus sur eux sans les déranger, ou pire, les tuer. Il est culturel au Japon de manger de la viande de baleines, même si la consommation de celle-ci a fortement reculé depuis plusieurs dizaines d’années et la mondialisation.

Une pétition de WWF pour sauver les baleines a été lancée. Si vous souhaitez participer, cliquez ici. 

Qu’en pensez-vous ?

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !