Légitime défense : comment se défendre ?

La légitime défense en France est très sévèrement encadrée par la loi. Elle autorise à faire usage de la force contre une tierce personne, mais uniquement selon des circonstances très précises. Selon le cas, l’usage d’une arme, même pour se défendre, peut-être réprimandé par un tribunal s’il considère la réaction disproportionnée par rapport à l’agression. Mais dans certains cas, posséder une arme de défense est nécessaire.

La légitime défense peut justifier l’usage d’une arme

Si posséder une arme de défense est autorisé en détenant les justificatifs nécessaires selon sa catégorisation, le cadre de la légitime défense est cependant limité par des règles précises.

Dans un premier temps, il faut qu’il y ait agression physique. Votre intégrité physique, ou celle d’une personne à laquelle vous portez assistance, doit être menacée. Une menace verbale ne constitue pas ce type de menace.

Dans le cas des armes à feu, la défense doit être proportionnelle à l’agression, et leur utilisation doit être la seule solution pour se défendre. Ce qui signifie qu’utiliser une arme à feu n’est permis en théorie que si l’agresseur dispose également de ce type d’arme.

Deux cas spéciaux cependant sont présumés relever de la légitime défense dans tous les cas : repousser de nuit l’entrée d’une personne dans votre domicile avec effraction, et se défendre contre les auteurs d’un vol ou de pillages exécutés avec violence. Pour vous protéger contre une entrée par effraction, il est important de faire installer une alarme, comme le propose cet article paru sur ce site.

Maintenant que la question de la légitime défense est abordée, le choix de l’arme va maintenant avoir une question capitale : quelle arme de défense posséder ?

La bonne arme de défense selon la situation

Les armes de défense sont nombreuses, et adaptées à des situations extrêmement variées. Ce grand choix permet d’être équipé face à tous les types d’agression.

Pour répondre au critère demandant d’adapter la défense à la mesure de l’agression, il faut dans un premier temps déterminer quelle menace plane sur les lieux que vous fréquentez.

  • Pour une agression sans arme, la meilleure solution si vous ne pouvez pas prendre la fuite est de se servir d’un spray au poivre. Si vous ne disposez pas d’un tel objet, les bâtons télescopiques, les paralyseurs et même les alarmes de poche constitueront une défense acceptable.

Cette dernière, méconnue du grand public, a un comportement semblable à celui d’une grenade : une fois dégoupillée, elle produit une alerte à même d’alerter le voisinage immédiat qui pourra ensuite prendre des mesures en constatant l’agression.

  • Dans le cas d’une agression à l’arme blanche, les armes de défense citées précédemment restent extrêmement valables, même s’il est plus que conseillé de prendre la fuite une fois l’agresseur déstabilisé pour ne pas risquer des blessures dangereuses. Vous avez cependant le droit de vous servir d’une arme blanche également.
  • Une exception cependant, dans le cas où votre agresseur porte une arme à feu, vous ne pouvez répliquer avec une arme du même calibre, car le port d’arme à feu est interdit en France. Seule leur possession est autorisée, et uniquement avec les justificatifs nécessaires selon leur catégorie.

Comme la liste des armes qu’il est autorisé de posséder n’est parfois pas claire, nous vous suggérons de consulter cette page du Service-Public qui liste les armes de défense autorisées.

Si votre choix n’est pas encore arrêté, rappelez-vous que lors d’une agression, le mieux est de neutraliser votre assaillant, puis d’appeler d’urgence la police avant de vous éloigner. Si vous n’avez pas les moyens de réaliser ces trois actions, vous pouvez prendre la fuite plutôt que de risquer de subir des blessures graves. Enfin, si vous ne pouvez pas non plus fuir, préférez laisser vos possessions sans être blessé plutôt que de risquer à nouveau des blessures graves, la police se chargera de rechercher votre ou vos agresseurs.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !