Un cours complet et concis sur l’histoire de notre civilisation grâce aux effets de migrations

Le classement des villes les plus peuplés de 1500 à 2018
Le classement des villes les plus peuplés de 1500 à 2018

Quelles sont les villes les plus peuplées dans le monde ? Et depuis quand ces villes sont-elles aussi peuplées ? Et quelle est l’évolution de ces mégalopoles depuis l’an 1500 ?

Top 10 des villes les plus peuplées du monde depuis 1500 jusqu’en 2018

Un graphique dynamique très intéressant tourne actuellement sur les réseaux sociaux. Il montre l’évolution progressive de la démographie mondiale à travers les 10 plus grandes villes du monde, années après années.

Un cours d’histoire grâce à un graphique

On se rend compte que Tokyo est depuis longtemps dans le trio de tête des villes les plus peuplées de la planète, aujourd’hui loin devant Delhi et Shanghai. Tokyo, a elle seule, c’est plus de 38 millions d’habitants… Soit plus de la moitié de la France concentrée dans une seule et même aire urbaine. Si l’on compare avec le Tokyo d’il y a 4 siècles, en 1646 la ville était la troisième plus peuplée, et pesait 458 000 habitants.

A cette époque, Istanbul (700k) et Pekin (500k) étaient plus peuplées. Paris suivait avec 439k habitants. Londres et Kyoto clôturaient ce quintet. En 1850, on recensait 2,3 millions d’âmes à Londres, contre 1,6 à Pekin, 1,3 millions d’habitants à Paris, et 800 k à Guangzhou.

alt:newyork-photo-pixabay
New York en 2018 Photo Pixabay

Ce n’est que dans les années 1860 que New York est entrée dans le top 4 des megalopoles les plus peuplées, en dépassant le million d’habitants. Londres atteint presque les 3 millions d’habitants à l’époque. Les deux aires urbaines ne vont cesser de se développer pendant cette période, alors que la population des villes asiatiques (Mumbai, Tokyo, Pekin, Calcutta) augmente progressivement, voir stagne.

Mais aussi un cours d’économie !

En 1925, New York et Londres atteignent la même population (7,7 millions), Tokyo suit à 5 millions d’habitants, Paris est à 4,7 millions, Chicago suit à 3,5, puis suivent Buenos Aires, Birmimgham et Manchester. 20 ans plus tard, Manchester et Birmimgham sortent du top 10, remplacées par des villes asiatiques, Moscou devient l’une des plus grandes villes du monde, et New York et Tokyo dépassent la barre des 12 millions d’habitants. Depuis, Tokyo ne cessera de croitre.

On peut expliquer ces phénomènes démographiques par différents facteurs. L’immigration, comme aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, à la fin du Moyen Age et au 19ème siècle. La révolution industrielle pour les villes anglaises. L’exode rural, le fait que les habitants d’un pays ou d’une région désertent celle-ci pour aller vivre dans les villes. Inversement, le chômage ou la pauvreté vont forcer les gens à quitter une ville pour aller tenter leur chance ailleurs, comme à Naples, une ville importante pendant plusieurs siècles qui n’a pas eu la courbe de croissance d’autres aires urbaines, et aujourd’hui sorti du top 10. Les épidémies peuvent aussi expliquer une baisse de la population dans une ville, ou une guerre.

Pour en savoir plus, cliquez sur le graphique !

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !