Fondation Bouamatou : un exemple à suivre pour les ONG africaines ?

La fondation Bouamatou, du milliardaire mauritanien éponyme, a fait le choix de l’ultra-spécialisation pour être efficace dans un domaine particulier, l’ophtalmologie, plutôt que de disperser ses efforts. Une politique payante comme en atteste le succès de la clinique ophtalmologique de Nouakchott, devenue au fil des années le centre de référence ophtalmologique d’Afrique de l’Ouest.

Mohamed Ould Bouamatou est certes l’une des premières fortunes de Mauritanie, mais comme tout philanthrope, il est confronté à la problématique de l’efficacité de ses investissements : les fonds alloués n’étant pas illimités. D’où l’idée de l’homme d’affaires, de se positionner, dès le début, sur un enjeu majeur de santé publique, pour lequel le gouvernement de son pays demeurait impuissant : l’ophtalmologie.

En Mauritanie, comme dans les autres pays d’Afrique de l’Ouest, la spécialité ophtalmologique n’est pas considérée comme une priorité et, faute de moyens, les soins ophtalmologiques sont au mieux rudimentaires, et le plus souvent inexistants. D’où l’idée de créer une clinique spécialisée dans les soins de l’œil et ses affections les plus courantes et les plus handicapantes, afin de faire reculer le nombre de personnes atteintes de cécité évitable.

alt:"garçon-afrique-photo-illustration"
Garçon Afrique illustration

Chaque année la clinique, qui a été créée en 2001 grâce aux financements de la fondation Bouamatou, effectue 300’000 consultations et 350’000 interventions de chirurgie ophtalmologique à destination de patients venus de Mauritanie, mais également de toute la sous-région. Mohamed Ould Bouamatou finance par ailleurs de sa poche plus de 5’000 opérations par an de la cataracte, une maladie traitable, mais qui fait perdre la vue aux patients si elle n’est pas prise en charge.

Grâce à du matériel moderne et des équipes de spécialistes formés en Europe, la clinique ophtalmologique de Nouakchott est devenue une référence pour les ONG en Afrique. La raison ? De plus en plus de bailleurs réalisent que pour être efficace, le travail d’une organisation doit être ciblé à l’extrême, se baser sur une expertise forte, et répondre à des besoins majeurs et non pris en charge par les autorités nationales.

Autant de paramètres que la fondation Bouamatou remplit parfaitement. A tel point que l’ONG mauritanienne a fondé au fil des années des partenariats structurels avec des nombreuses entreprises et institutions internationales du secteur. C’est notamment le cas de la chaine d’opticiens français Optic 2000, qui fait des donations de lunettes, mais également des organisations internationales telles que l’International Trachoma Initiative (ITI) ou l’International Agency for Prevention of Blindness (IAPB).

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !