Iquos : Le tabac à chauffer débarque sur le marché américain

Tout savoir sur l’Iquos, le tabac à chauffer signé Phillip Morris

Alors que les questions et les inquiétudes se multiplient vis-à-vis de la cigarette électronique après une série de décès aux Etats-Unis, le groupe Philip Morris International (PMI) lance son dispositif de tabac à chauffer Iqos sur le marché américain. Un dispositif qui pourrait, selon des analystes, bénéficier de la défiance grandissante des utilisateurs à l’égard de la e-cigarette pour s’imposer comme substitut à la cigarette.

Le tabac à chauffer (Heat-Not-Burn Tobacco) est une forme alternative de consommation du tabac, développée par plusieurs entreprises dont PMI, pour accompagner les fumeurs dans leur sevrage tabagique. A la différence de la cigarette électronique, il s’agit de tabac réel qui est consommé et non de liquide à nicotine, et à la différence de la cigarette traditionnelle, le tabac est donc chauffé mais pas brulé.

Le tabac à chauffer serait moins nocif que la cigarette ou que la cigarette électronique

Une différence de température (le tabac à chauffer atteint une température de 350°C contre 900°C pour une cigarette) qui évite la combustion du tabac et l’inhalation de la majorité des substances toxiques que l’on retrouve dans la cigarette (jusqu’à 95% en moins selon les études proposées par PMI). Les utilisateurs d’Iqos inhalent de la vapeur de tabac et non de la fumée de combustion.

Les dispositifs de tabac à chauffer, présentés comme des alternatives à la cigarette pour arrêter de fumer, sont déjà commercialisés dans plusieurs régions du monde avec des succès divers. Au Japon, le tabac à chauffer est un phénomène de société qui a permis de réduire sensiblement le nombre de fumeurs depuis son introduction en 2014. En Europe, où l’arrivée sur le marché est plus récente, les succès sont plus modestes, en raison notamment de l’omniprésence de la cigarette électronique.

iquos-tabac-bruler-photo-optimisée-google-
Iqos le tabac à bruler photo DR

Le processus d’évaluation et d’autorisation de l’Iqos par l’organisme américain de veille sanitaire, la FDA, vient d’autoriser la commercialisation de l’Iqos aux Etats-Unis. Un lancement qui s’opère avec « un timing parfait », selon l’analyste du cabinet Piper Jaffray, Michael Lavery, interviewé par la chaine d’information en continu CNBC.

 « Je ne pense pas qu’ils auraient imaginé que l’incertitude de certains consommateurs à l’égard de la cigarette électronique coïnciderait avec le lancement de l’Iqos aux Etats-Unis »,

Michael Lavery, du cabinet Piper Jaffray, interviewé par la chaine d’information en continu CNBC.

Une tendance que seuls les premiers chiffres de vente et les premiers retours de professionnels de la santé pourront toutefois confirmer ou infirmer.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !