Bienvenue au Bhoutan, le pays du bonheur national brut

Le Bhoutan est le pays où seul le bonheur compte. Bien loin de la terreur ambiante en France et des problèmes économiques mondiaux, ce tout petit pays d’un peu plus de 750 000 habitants respire le bien-être. Comment font-ils ?

bhoutan-

La vie n’a pas toujours été facile au Bhoutan

Pourtant, la vie n’a pas toujours été facile au Bhoutan. En 1827, le pays a du faire face à la pire année de son existence. La capitale Thimphou a été quasiment totalement ravagée par les flammes. Coincé entre la Chine et l’Inde, le pays avait alors perdu une grande partie de son identité culturelle et son passé venait de partir en fumée. Et pourtant, le pays va renaitre de ses cendres. Un moine tibétain qui s’est exilé dans ce minuscule état va faire basculer son régime féodal au profit d’un régime basé sur la spiritualité et le bien-être au 17ème siècle.

Un peu d’histoire

Le pays était pourtant habité depuis l’Antiquité, selon les quelques traces restantes. Si le pays a du lutter pour ne pas se faire envahir par ses voisins, il n’en est pas moins resté libre. En contrepartie de sa liberté, le pays a vécu en autarcie, et est resté isolé jusqu’en 1971, année durant laquelle ils ont intégré les Nations-Unies. En 1981, le Bhouthan a crée son tout premier aéroport. Le système du Bhoutan repose sur le Bonheur National Brut, en référence au PIB, le Produit Intérieur Brut, un indicateur de bonne ou de mauvaise santé économique d’un Etat utilisé à l’échelle mondiale. Ici, pas de plue-value, pas courbe du chômage, de terrorisme, de montées des extrêmes ou de violences envers les femmes. On parle davantage de bonheur, d’éco-responsabilité, d’environnement, de vie en communauté, de respect, de bonheur ou de croissance et développement responsable.

Pour se faire, les Bhoutanais limitent l’arrivée des touristes et des travailleurs qui n’ont pas la nationalité. Si vous souhaitez vous rendre au Bhoutan, il n’est pas sur que vous puissiez vous rendre dans ce pays, le gouvernement ne délivrant qu’un nombre très limité de visas chaque année. Les entreprises étrangères n’ont pas le droit d’investir dans le pays, et la nature est préservée, 60% du pays étant constitué de forêts. Le pays rejette peu de CO2, une mesure interdisant l’utilisation des véhicules à moteur certains dimanches permet de réguler la pollution. Les forêts et les campagnes sont gérées par des communautés de paysans.

Monk. Thimpu, #Bhutan Check out the complete photoessay at bit.ly/bhutanphotos Link also in profile.

Une photo publiée par Matt Gibson (@xpatmatt) le

Au Bhoutan, oublie si tu veux bouffer ton McDo

Ici, peu de cancers, aussi du au fait que la vente de tabac est interdite sur tout le territoire. Et si les bhoutanais souhaitaient vivre comme les américains, il faut encore qu’ils sachent ce que cela signifie, la télévision n’étant autorisée que depuis 1999. Les fast-foods sont eux aussi interdits. Quant à l’éducation, elle est également prise en charge par la monarchie constitutionnelle, comme l’explique Lonely Planet. 

Monkeys at the monkey temple ? Swayambhunath, Kathmandu, Nepal ? @lielaine

Une photo publiée par AHF (@australianhimalayanfoundation) le

Le Bhoutan, le pays le plus cool du monde, vraiment ?

Certains hic existent en réalité au pays du bonheur, comme le rejet massif des népalais et de leur culture. Une partie des habitants du pays est d’origine et de tradition népalaise, l’autre partie est tibétaine. Le programme « une nation, un peuple » datant des années 1980, a interdit la culture népalaise, et la plupart des habitants ont du quitter le pays. Les américains les ont alors accueilli début 2000. Le Bhoutan est également globalement pauvre, avec 12,0% de la population qui vit avec moins de 1,25 dollars par jour en 2013, selon la Banque Mondiale et l’UNICEF. C’est mieux qu’en 2007, où 23,2% vivaient avec moins de ce revenu.

Bounce. #timwalker #vogue #karenelson #colour #rainbow #bhutan Une photo publiée par Leilani Croucher (@cyanic_sky) le

Malgré tout, la mondialisation commence à arriver tout doucement au Bhoutan. Certains habitants ont envie de smartphones, de gadgets connectés, de chaussures Nike et de voitures plus chères. Les premiers crédits à la consommation ont fait leur apparition aux pays du bonheur. Gageons que ce pays là puisse encore préserver son intégrité pendant quelques décennies…

Pour en savoir plus. 

Le reportage d’Arte sur le Bhoutan

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !