« Cuit au torchon », « moulé à la louche », quand les industriels vous mentent

Votre camembert est-il réellement moulé à la louche ?

60 Millions de Consommateurs enquête sur les arguments marketing des industriels de l’agro-alimentaire.

Saviez-vous que l’industrie agro-alimentaire est le premier secteur économique de l’Hexagone, devant l’industrie automobile, ou encore celle du luxe ? L’agro comme on surnomme cette branche, représente 170 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an. Ainsi, tous les arguments marketing pour rendre un produit sorti d’usine plus attrayant sont utilisés. Et ces arguments sont tous trouvés : les industriels surfent sur les arguments liés au gout. La France, pays de la gastronomie, du gout et de l’authenticité. 60 Millions de Consommateurs a réalisé une enquête afin de discerner le vrai du faux.

Au Torchon, dorés au four, à l’ancienne, de tradition, haché au couteau, moulé à la louche. Lorsque vous faites vos courses aux supermarchés, il est monnaie courante de voir ce type de mentions sur les packagings de vos produits de grande distribution. Mais qu’en est-il vraiment ? Votre jambon est-il réellement cuit dans un torchon, à la vapeur, pendant des heures ? Adeline Trégouët, rédactrice en chef déléguée à « 60 millions de consommateurs », a ouvert une vaste enquête, aidé par des journalistes, afin de pénétrer le monde très fermé de l’agro-alimentaire.

Camembert

Car, après le scandale des lasagnes Findus, ou encore de la vache folle, les français se tournent de plus en plus vers des produits de nos régions. Ainsi, en novembre dernier, un sondage Ipsos réalisé pour le cabinet de conseil LinkUp indique que les Français ne seraient que 38 % à faire confiance à l’agroalimentaire, contre 67% qui font confiance aux agriculteurs. On constate une augmentation des ventes de produits par un circuit plus court.

Les résultats de l’enquête mené par 60 millions de Consommateurs et certains magazines seront publiés dans un hors-série intitulé « Vérités et les mensonges de l’agroalimentaire », et dans le prochain numéro de 60 M de Consommateurs. Ce hors-série peut être lu comme un « manuel de survie » du consommateur, comme l’explique l’Obs.

JAMBON

« Depuis les scandales de la vache folle ou des lasagnes à la viande de cheval, les consommateurs ont faim de produits ‘authentiques’. Les industriels l’ont bien compris : les allégations ‘traditionnels’ ou ‘à l’ancienne’ se multiplient sur les emballages. Certaines sont strictement réglementées. Ainsi, ‘fabrication artisanale’ ne peut être employé que si le fabricant est un artisan inscrit au registre des métiers ; « fabrication traditionnelle » ne s’applique qu’aux produits sans additifs qui respectent une recette traditionnelle. »

La plupart des gros industriels ont trainé pour répondre aux demandes des journalistes, et n’ont ainsi pas pu ouvrir leurs portes à temps. L’enquête se focalise davantage sur de grosses PME. Grand Frais marée (pour les truites fumées tranchées à la main), Lactalis (camembert Lanquetot au lait pasteurisé) ou Terrena (steaks hachés au couteau) ont carrément refusé de répondre à l’enquête, et d’ouvrir leurs portes. Sans doute car Terrena affirme que sa viande de boeuf est coupée au couteau…

Les journalistes ont ainsi pu voir des jambons au torchon cuit dans des marmites géantes sans torchon, mais également gouter de la mousse de canard au porto composée de 0,8% de porto, mais fabriquée avec 48% de gras. Et beaucoup d’autres…

Fleury Michon nous a contacté et a affirmé n’avoir pas pu s’entretenir avec 60 millions de Consommateurs et nous a proposé de venir visiter l’usine Fleury Michon.

Qu’en pensez-vous ?

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !