Les lycées français à l’étranger testent la correction 2.0 au bac

Selon Slate, les professeurs des lycées français basés à l’étranger testent une nouvelle méthode « 2.0 » pour corriger les copies des élèves.

Les futures copies du baccalauréat seront-elles corrigées sur un ordinateur dans les années à venir ? C’est en tout ce que révèle slate.fr. Le réseau des lycées français à l’étranger (AEFE) expérimente une nouvelle manière de corriger les travaux des élèves du baccalauréat, en numérisant les copies, permettant ainsi aux professeurs de travailler sur leurs ordinateurs. Pourquoi ? Tout simplement pour supprimer tous les coûts et désagréments liés à la logistique (acheminement des copies, étiquetages pour les rendre anonymes, organisation entre les différents professeurs, sachant que ces derniers n’ont pas le droit de corriger une copie qui provient de leur établissement).

Un logiciel pour faciliter la prise en main

Que les professeurs les moins férus de technologies se rassurent, ils jouiront des mêmes méthodes que lors de la correction papier, grâce à un logiciel Viatique, développé par la société Neoptec. Grâce à lui, les correcteurs pourront « souligner, surligner, annoter les copies » rapporte Louise Tourret, journaliste à slate.fr. Tout est donc fait pour que le modèle se généralise en France, dans les prochaines années : « De mon point de vue, c’est parfaitement faisable […], mais cela dépend des marchés publics » explique Peter Burk, en charge du projet Viatique. Cependant, l’Éducation nationale aurait fait savoir à slate.fr que le projet n’était pas du tout à l’étude. Pour le reste, les bacheliers qui ont planché ce matin sur l’épreuve de philosophie verront bien leurs copies être corrigées de manière manuscrite.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !