Des transactions 3.0 avec BPCE

En ce mois de juillet 2018, l’Instant Payment (“paiement instantané”) débarque en Europe. La Banque Centrale Européenne est à l’origine de la manœuvre ; si le système de paiement instantané existe déjà dans des pays tels que le Royaume-Uni, la Suède, l’Espagne ou la Pologne, c’est bien la première fois qu’une telle initiative est développée à une échelle transfrontalière.

Désormais, vous n’aurez nul besoin de renseigner les nombreux champs de références bancaires (IBAN, numéro de compte, etc.) avant de virer en quelques secondes de l’argent à un tiers. Un numéro de téléphone suffira. 

En France, certaines institutions revendiquent depuis début juillet la mise en œuvre du paiement instantané, notamment le groupe BPCE qui, avec Nataxis Payments, serait le tout premier groupe français à proposer ce service. Le groupe BNP se donne jusqu’en novembre 2018 pour la mise en service d’un système “maison” répondant aux nouvelles normes européennes. La généralisation de ce nouveau système freinerait un tant soit peu l’implacable concurrence des cryptomonnaies ou de PayPal en termes de vitesse de transaction.

Le paiement instantané

Paiement instantané Source : Capital
Paiement instantané
Source : Capital

Le temps est une réelle denrée avec laquelle il faut composer dans l’univers de la finance. Du fait de la parité entre les actifs et de leur perpétuelle fluctuation, les retards dans les transactions sont de nature à remettre en question tant les résultats escomptés que les contrats entres acteurs.

L’Instant Payment propose de résoudre le problème de la très grande latence des virements bancaires. En tant qu’intervenant sur un marché boursier, on a surtout besoin de réactivité pour saisir les différentes opportunités, surtout sur le marché des matières premières où la cotation de l’or ou de l’argent est sujette à une volatilité relativement faible – par conséquent les opportunités ne se présentent pas souvent.

instant paiement
instant paiement

Concrètement, il s’agira de faire passer les délais de transfert à moins de 10 secondes, contre 48 voire 72 heures jusqu’à présent. Du fait de l’instantanéité du service, les transferts seront irrévocables, et il sera fixé un plafond de 15 000 € par transfert (une restriction levée au Pays-Bas). A posteriori, des contrôles seront aussi effectués de façon inopinée afin de prévenir des actes délictueux.

La mise en place de ce système permettra une exécution bien plus rapide des contrats d’assurance et autres prestations financières qui requièrent d’ordinaire une procédure plus longue. Le délai d’exécution, depuis l’ordre initial jusqu’à l’approvisionnement du compte destinataire passe désormais à quelques secondes. Et à l’arrivée, les fonds sont immédiatement disponibles.

Qu’est ce qui change en Europe ?

Bien que résolvant un problème majeur lié au transfert de fonds, le service de paiement instantané ne sera pas un simple produit final. Différentes sortes d’applications dont notamment l’exécution des contrats d’assurance sont déjà pressenties. L’objectif affiché est d’offrir aux utilisateurs une véritable expérience instantanée répondant à des besoins qui vont bien au-delà du seul paiement. Les sinistres pourront ainsi être pris en charge plus aisément avec une optimisation totale des délais et démarches.

Il faudra cependant attendre quelque temps pour voir cette mesure se généraliser. Pour l’heure, il faut encore relever le défi de l’automatisation, du moins dans les cas les plus simples, d’un ensemble d’éléments. Il s’agit notamment du traitement des déclarations, de l’estimation des dommages et le cas échéant, du versement des indemnisations.

En dehors de cet aspect et des transactions entre particuliers, les prêts à la consommation et l’affacturage pourraient également faire l’objet d’une application. 

 

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !