Start up : vous lancez votre activité, tout savoir sur le portage salarial

Entreprendre est toujours synonyme de prise de risque. C’est d’ailleurs ce paramètre qui freine les porteurs de projet lorsqu’il s’agit de se lancer, de peur de ne pas réussir leurs paris et de se retrouver sans ressources. C’est pour cette raison que le portage salarial a été mis en place.

Le portage salarial est une alternative très intéressante pour ceux qui souhaitent concrétiser leurs projets tout en continuant à bénéficier des avantages du salariat. Le portage salarial est en effet la solution pour profiter de la liberté de l’entrepreneuriat tout en conservant la sécurité de la couverture salariale d’un salarié.

Toutefois, tous les métiers ne peuvent prétendre à ce statut. Tour d’horizon rapide sur le portage salarial.

alt:"portage-salarial-photo-libre-droits"
le portage salarial photo illustration DR

Le principe du portage salarial

Apparu dans les années 80, le portage salarial est un concept qui connaît un réel engouement actuellement. Il se définit comme un contrat impliquant trois entités : le client, le porté salarié et la société de portage. Le client peut être une entreprise, une administration, une association, un particulier ou une collectivité.

Grâce à ce concept, l’entrepreneur en portage salarial est en mesure de travailler en toute autonomie et indépendance pour le compte de l’entreprise qui a recours à ses services. La société de portage salarial quant à elle fournit un local et le matériel dont le salarié porté a besoin pour accomplir ses missions.

Elle accompagne également l’entrepreneur dans la réalisation des tâches administratives relatives à son activité. La société de portage salarial joue le rôle d’intermédiaire entre le client et le porté et perçoit les rémunérations inhérentes à ses missions. Le porté quant à lui reçoit un salaire au prorata de ses missions.

Pour découvrir des offres de mission en portage salarial, rendez-vous sur le site admissions.fr où vous pourrez trouver de plus amples informations concernant ce statut et les avantages qu’il offre lors du lancement d’une activité.

Les métiers interdits au portage salarial

Si le statut de portage salarial est adapté à de nombreux secteurs, il est interdit aux professions réglementées. Si vous effectuez ainsi une profession libérale organisée en ordre telle que le métier de médecin, d’avocat, d’expert-comptable, de commissaire aux comptes ou encore de notaire, vous n’êtes pas éligible au dispositif de portage salarial. Les activités de service à la personne ne peuvent pas non plus faire l’objet d’un contrat en portage salarial.

Il en est de même pour certaines activités commerciales. Il n’est pas possible de pratiquer d’activités d’achat ou de vente. Mais si vous désirez axer votre activité professionnelle sur l’apport d’affaires pour l’un de vos clients ou que vous oeuvrez pour le développement commercial, vous pouvez devenir porté salarial. 

Un statut destiné aux prestations intellectuelles

Les métiers concernés par le portage salarial sont généralement les prestations intellectuelles qui regroupent l’audit, le conseil, l’expertise et la formation. Les travailleurs en portage salarial sont le plus souvent dans le secteur tertiaire : informatique, communication, marketing, ressources humaines, management, finance, coaching, logistique, traduction, ingénierie, etc.

Il faut noter qu’avec ce concept, ce n’est pas la société de portage salarial qui se charge de trouver les missions pour le salarié porté. Ce dernier facture ses honoraires tel un entrepreneur indépendant et travaille en toute autonomie. Il a donc la charge de la recherche de nouveaux clients et de contrats. Il définit avec quels clients ou pour quelles missions, il souhaite travailler. 

En revanche, il se décharge des obligations administratives des entrepreneurs telles que la tenue de comptabilité, la déclaration d’activité, les déclarations fiscales, la déclaration d’entreprise et autres.

Signaler une erreur.

Rejoins-nous sur Facebook !